Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Agressions sexuelles: 1 Canadien sur 5 croit que les femmes en sont responsables lorsqu'elles sont ivres

Selon un sondage de la Fondation canadienne des femmes, un Canadien sur cinq croit qu’une femme ivre encourage les agresseurs sexuels.

19% des gens interrogés pensent que lorsque les femmes ont trop bu, elles sont responsables des agressions sexuelles qu’elles pourraient subir. Près de 23% des répondants avaient entre 18 et 34 ans.

«Croire qu’une femme victime d’agression sexuelle est responsable de son sort en raison de son attitude ou de son apparence physique est encore chose commune dans notre société. Cela incite les femmes à garder le silence ou à se sentir responsables de ce qui leur est arrivé», croit Anu Dugal, directrice des programmes de prévention de la violence à la Fondation canadienne des femmes. «Les Canadiens doivent cesser de questionner et de blâmer les victimes d’agressions sexuelles et commencer à se demander pourquoi certains hommes violent des femmes.»

Le sondage, ayant interrogé au hasard 1 008 répondants du forum Angus Reid, a aussi découvert que 15% des Canadiens croient que les femmes provoquent les agressions sexuelles en flirtant avec les hommes. 11% des répondants croient aussi que les femmes encouragent les agressions sexuelles lorsqu’elles portent des jupes courtes.

Hilla Kerner du Vancouver Rape Relief and Women’s Shelter croit que les hommes devraient être plus avisés.

«Les hommes sont plus brillants que cela et je ne suis pas sûre qu’ils ont vraiment besoin qu’on leur dise que si une femme perd conscience, cela veut dire qu’ils peuvent la violer», a-t-elle confié à News 1130.

Avec ces résultats la Fondation canadienne des femmes espère conscientiser la population et aider les femmes à s’en sortir.

Êtes-vous surpris de ces résultats? Faites-nous savoir ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous.

INOLTRE SU HUFFPOST

Campaigns For Gender Equality

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.