Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Retour d'une équipe de la LNH à Québec : partie remise pour les amateurs

La décision du conseil municipal de Glendale d'entériner l'entente avec le groupe Renaissance Sports & Entertainment (RSE) pour assurer la survie des Coyotes en Arizona suscite des réactions à Québec.

Le président du mouvement Nordiques nation refuse toutefois de baisser les bras et garde espoir du retour d'une équipe professionnelle dans la capitale.

Jérôme Landry se dit déçu que cet objectif ne se réalise pas dès cet automne, mais il croit que le temps arrangera les choses. « La patience va finir par payer pour les gens de Québec. Québec n'est pas une moins bonne ville de hockey qu'hier », en ajoutant qu'il faut s'inspirer des gens de Winnipeg qui ont attendu 15 ans avant de ravoir une équipe de la LNH.

Le cofondateur du mouvement Nordiques nation croit aussi qu'une équipe issue d'une expansion de la LNH a davantage de chance de se retrouver à Québec qu'un club en difficultés financières.

Selon Jérôme Landry, il ne faut pas en vouloir non plus au Commissaire de la LNH, Gary Bettman qui semblait privilégier Seattle pour déménager les Coyotes, si l'entente n'avait pas été ratifiée. « Ce qui était évident c'est qu'il voulait conserver cette franchise-là dans l'Ouest. Ça ne veut pas dire que tu es contre Québec pour autant », analyse Jérôme Landry.

La ville de Glendale s'est prononcée en faveur de la proposition de RSE avec un vote serré de quatre conseillers en faveur, alors que trois étaient contre.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.