Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Afrique du Sud : le petit-fils de Mandela doit restituer des dépouilles familiales

Une cour de l'Afrique du Sud a ordonné au petit-fils de l'ancien président Nelson Mandela de retourner les dépouilles de trois de ses enfants à leur cimetière d'origine, mercredi, dans un conflit familial macabre opposant des proches de cette icône de la réconciliation nationale.

Nelson Mandela, symbole de la lutte anti-apartheid, est toujours hospitalisé dans un établissement de Pretoria et son état de santé demeure critique. Âgé de 94 ans, l'ex-président repose dans un état « périlleux » et est maintenu sous assistance respiratoire, selon une déclaration sous serment déposée vendredi et rendue publique mercredi dans la décision du tribunal, rapporte un quotidien local.

Le petit-fils de Nelson Mandela, Mandla, doit ainsi retourner les dépouilles de trois des enfants de l'ex-président, qui avaient été déplacées de Qunu en 2011 pour leur donner une nouvelle sépulture à Mvezo, à environ 25 kilomètres de distance. Mandla Mandela est le chef de Mvezo, et prévoyait y créer un lieu de pèlerinage du clan Mandela, avec un hôtel et un stade de soccer, notamment.

Le contentieux a déclenché de vives discussions sur les relations familiales et le legs de Nelson Mandela.

L'ancien président sud-africain, qui a purgé une peine d'emprisonnement de 27 ans, a été admis à l'hôpital le 8 juin pour traiter une infection pulmonaire. Il avait déjà signifié sa volonté d'être enterré à Qunu, et avait assisté, en 2005, aux obsèques de son fils dans ce cimetière.

Associated Press

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.