Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des mises en demeure envoyées à des élus pour contrer les gîtes et résidences touristiques illégaux à Montréal

a hotel bedroom
a hotel bedroom

L'Association des gîtes et résidences touristiques de Montréal (AGTM) demande des mesures immédiates pour mettre fin à la prolifération des exploitants de gites et résidences touristique illégaux. Et pour arriver à ses fins, elle a envoyé vendredi une mise en demeure au ministre délégué au Tourisme du Québec de même qu'aux maires de la ville de Montréal et de l'arrondissement du Plateau Mont-Royal.

Dans un communiqué émis mardi, l’AGTM soutient que Montréal compte près de 6 500 gîtes et résidences touristiques illégaux contre 117 légaux. Ces 117 établissements qui doivent payer des taxes, des certifications et des assurances commerciales se retrouvent donc devant une compétition illégale importante. «Ce sont des millions de dollars en pertes de revenus pour les commerçants qui pratiquent leur métier légalement et par ricochet en perception de taxes aux différents paliers gouvernementaux», fait valoir l’association.

Selon l’AGTM, les principaux acteurs du dossier n’ont pas donné suite à ses requêtes au cours des cinq dernières années.

INOLTRE SU HUFFPOST

Montréal : Les 10 activités incontournables de l’été

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.