NOUVELLES
20/06/2013 02:25 EDT | Actualisé 20/08/2013 05:12 EDT

Une séance de repêchage qui a de la profondeur cette année, dit Bergevin

MONTRÉAL - La plupart des observateurs s'entendent pour dire que le talent foisonne cette année, en vue de la séance de repêchage de la LNH. Marc Bergevin parait moins convaincu. Le directeur général du Canadien préfère se donner quelques années avant de porter un jugement sur la réelle valeur de la cuvée 2013.

«Nous saurons dans quatre ans si c'est une cuvée exceptionnelle, a affirmé Bergevin, présent jeudi matin à la conférence de presse de Hockey Canada au Centre Bell. Ce que nos recruteurs me disent, c'est que le repêchage offre une belle profondeur cette année.»

Avec six choix dans les trois premiers tours, le Canadien pourrait faire de bonnes prises le 30 juin au New Jersey, surtout à l'aide des trois choix de deuxième tour qu'il possède. Bergevin n'a pas caché que les deux choix rapprochés du début de deuxième tour, les 34e et 36e, sont forts attrayants.

Il y a fort à parier qu'il tentera de les utiliser comme appât afin d'améliorer le 25e rang de sélection du CH au premier tour.

«Nous pourrions garder tous nos choix, ou nous pourrions en avoir quatre ou huit au bout du compte», a-t-il affirmé.

Il a dit qu'on ne doit pas s'attendre à ce qu'on passe de la 25e position à la cinquième, avec comme monnaie d'échange uniquement des choix de deuxième ronde.

«Il va falloir plus que ça, a-t-il argué. Nous sommes à l'écoute, et nous bougerons si nous estimons que le prix à payer est correct. Mais nous ne sommes pas rendus là. Les discussions avec mes homologues vont s'intensifier dans les journées avant le repêchage.»

Le Canadien se retrouve dans une situation différente par rapport à l'année dernière, quand il possédait le troisième choix au total de la séance. Il ne s'est pas trompé en sélectionnant l'attaquant Alex Galchenyuk, qui a connu une première saison fort prometteuse dans la LNH.

Le directeur général privilégie le repêchage, au détriment du marché des joueurs autonomes ou des échanges, comme principal matériau de reconstruction de l'équipe.

Il fournit à titre d'exemple le succès que connaissent en séries les Blackhawks de Chicago. Il admet sans ambage ressentir de la fierté à voir son ancienne équipe en finale de la coupe Stanley. Bergevin a oeuvré comme recruteur et adjoint au directeur général chez les Hawks, avant d'être engagé par le Canadien l'an dernier.

«Le meilleur hockey de la saison se joue actuellement. Les Blackhawks et les Bruins sont deux excellentes équipes. La série est serrée et intense. Je ne serais pas surpris qu'elle se rende à la limite de sept matchs. Je ne saurais dire qui va en sortir gagnant.»

«Félicitations P.K.»

Bergevin a par ailleurs félicité publiquement P.K. Subban pour son trophée Norris, qu'il a remporté samedi dernier, bien que le d.g. se soit montré muet comme une carpe quand on a évoqué d'éventuelles négociations contractuelles avec le jeune défenseur.

«Je suis allé le féliciter personnellement à Chicago, samedi dernier. C'est un bel exploit qu'il a réalisé. Il a connu une très bonne saison, elle a été plus courte celle-là, mais il a très bien joué. Je suis fier de lui et je suis fier pour lui.»

Dans un autre dossier, le directeur général n'a pas voulu dire si l'équipe s'apprête à racheter le contrat du défenseur Tomas Kaberle.

«La décision n'a pas été prise. Quand elle le sera, le premier à le savoir sera le principal intéressé», a-t-il répondu.

Bergevin a finalement indiqué qu'il avait amorcé le processus de sélection du nouvel entraîneur des gardiens de l'équipe.