NOUVELLES
20/06/2013 08:38 EDT | Actualisé 20/08/2013 05:12 EDT

Occupation d'un poste de pompage d'Enbridge à Hamilton

Plus de 80 Autochtones et environnementalistes occupent depuis jeudi matin une station ontarienne de pompage d'un oléoduc, dont la compagnie Enbridge veut inverser le flux pour transporter éventuellement du bitume de l'Alberta vers les raffineries de Montréal.

Le pipeline de la ligne 9 relie Montréal à Westover dans un secteur rural d'Hamilton.

L'occupation, qui a commencé vers 6 h 30, se déroule de manière pacifique jusqu'à maintenant.

Les manifestants ont permis au personnel de la station de pompage de quitter les lieux et de verrouiller les installations avant d'ériger leurs tentes sur le site. Ils ont promis aux employés d'Enbridge de les laisser entrer sur le site périodiquement, pour vérifier le bon fonctionnement de la station.

Déversements

Dans un communiqué, les protestataires « assurent que ce n'est pas leur intention d'endommager l'équipement ou le pipeline ». Les manifestants craignent que le renversement du flux de l'oléoduc et sa plus grande utilisation ne mène à des déversements qui pourraient contaminer la nappe phréatique.

Ils font valoir que le bitume albertain est plus « corrosif » que les produits pétroliers acheminés actuellement par le pipeline en direction inverse, des raffineries québécoises à l'Ontario.

Les occupants affirment qu'ils demeureront sur place jusqu'à ce qu'Enbridge abandonne le projet.

« La ligne 9 passe par notre territoire, mais Enbridge ne nous a pas consultés », affirme l'Autochtone Missy Elliot des Six Nations.

Le porte-parole d'Enbridge Ken Hall répond que la compagnie avait prévu une rencontre d'information sur le projet à Hamilton jeudi soir. 

Plus tôt ce mois-ci, des environnementalistes du groupe Hamilton 350 avaient protesté contre le projet à l'extérieur du quartier général de la police de la municipalité, qui avait reçu un don de plus de 44 000 $ du géant pétrolier. Par ailleurs, en mai dernier, une quarantaine de protestaires avaient simulé un déversement pour faire part de leurs inquiétudes.