NOUVELLES
20/06/2013 06:19 EDT | Actualisé 20/08/2013 05:12 EDT

La France donne trois mois à Google pour faire preuve de plus de transparence

PARIS - La France donne trois mois au géant de la recherche en ligne Google pour faire preuve de plus de transparence quant aux données qu'il récolte sur ses utilisateurs, faute de quoi une amende lui sera imposée.

Google doit maintenant déterminer si cette amende, relativement peu élevée, sera suffisante pour l'inciter à revoir ses règles en matière de protection de la vie privée. L'entreprise pourrait devoir payer 300 000 euros, ou quelque 396 000 $ US.

L'Europe est un immense marché, mais un marché ou Google ne fait face à aucune concurrence sérieuse.

Néanmoins, l'entreprise a une mauvaise image lorsqu'il est question de respect de la vie privée des utilisateurs. La mise en demeure de jeudi exerce une pression supplémentaire sur le géant du Web.

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), organisme français de réglementation des technologies de l'information, a affirmé que cinq autres pays européens prendraient des mesures similaires à l'endroit de Google, d'ici la fin du mois de juillet. Elle a expliqué que Google n'avait pas tenu compte de recommandations précédemment faites par les autorités européennes de réglementation.

La CNIL a indiqué que l'Espagne s'était jointe à la France dans sa démarche. La Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Italie et les Pays-Bas doivent faire de même lors des semaines à venir.

Un porte-parole de Google, Al Verney, a dit croire que les pratiques de l'entreprise en matière de protection de la vie privée n'allaient pas à l'encontre des lois européennes.

Google risque donc de se voir imposer par Paris une amende de 300 000 euros, qui pourrait grimper à plusieurs millions d'euros si d'autres pays emboîtent le pas.

À titre de comparaison, Google a réalisé des revenus de 14 milliards $ US au premier trimestre de cette année.