POLITIQUE
20/06/2013 07:15 EDT | Actualisé 20/08/2013 05:12 EDT

Cachet de Justin Trudeau: l'organisation de charité est consternée

Getty Images
TORONTO, ON - APRIL 5: The editorial board met with Liberal leadership candidate Justin Trudeau on April 5, 2013. Afterwards he posed for a photograph in the Toronto Star studio. (Carlos Osorio/Toronto Star via Getty Images)

OTTAWA - Un organisme de charité du Nouveau-Brunswick, la Grace Foundation, a exprimé sa «profonde consternation» face à l'ampleur qu'a pris une affaire de cachet perçu par le chef du Parti libéral Justin Trudeau pour une conférence.

La direction de l'organisation a émis une déclaration publique sur cette affaire, jeudi, la première depuis le début de la controverse déclenchée la semaine dernière. Le député conservateur Rob Moore et le bureau du premier ministre Stephen Harper ont notamment contribué à alimenter le débat à la Chambre des communes.

«Nous n'avons jamais cherché à faire de cette affaire un sujet de discussion aux Communes. Nous sommes profondément consternés par de nombreux commentaires provenant de différentes personnes», a soutenu le président du conseil d'administration de la Grace Foundation, Ian Webster.

Il a notamment fait allusion aux propos du député Moore, qui a insisté pour dire que ce sont des membres du conseil d'administration qui lui avaient demandé d'intervenir pour récupérer les 20 000 $ versés à M. Trudeau pour une conférence prononcée en juin 2012.

Vendredi dernier, le bureau du premier ministre a fait circuler une lettre aux journalistes rédigée par une membre du conseil d'administration de la Grace Foundation. On y indiquait que l'événement auquel avait pris part le chef libéral s'était avéré une immense déception, avait mené à des difficultés financières pour l'organisation et qu'un remboursement avait été demandé à M. Trudeau.

M. Webster a expliqué jeudi que la «lettre privée» avait été envoyée en mars dernier à l'agence ayant retenu les services de M. Trudeau pour la conférence et avait demandé le remboursement de son cachet.

En raison de l'absence d'une réponse à cette demande, l'organisation a décidé, en mai, de laisser tomber l'affaire, a-t-il poursuivi.

«Le conseil d'administration n'a autorisé aucun membre ou agent à approcher (M. Moore) ou n'importe quel autre politicien sur cette question», a-t-il fait savoir.

Mais M. Moore, qui représente la circonscription de Saint-Jean, où se trouvent les locaux de l'organisation, a maintenu sa version des événements.

En entrevue à une station radiophonique de Saint-Jean, M. Moore a affirmé que la Grace Foundation lui a remis la lettre.

«On m'a demandé si je pouvais mettre de la pression sur M. Trudeau», a déclaré le député.

Questionné à savoir par qui, il a répondu : «Demandé par des membres de la Grace Foundation».

Par ailleurs, une femme siégeant au conseil d'administration de la Grace Foundation a de forts liens avec le Parti conservateur, et est mariée à un membre du comité exécutif de la circonscription de M. Moore.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le style non-conventionnel de Justin Trudeau Voyez les images