NOUVELLES
20/06/2013 05:24 EDT | Actualisé 20/08/2013 05:12 EDT

Bande à part : « On sent qu'une page est en train d'être tournée »

Alexandre Courteau prendra le micro de Bande à Part vendredi soir pour la dernière fois lors d'un concert-événement au National à Montréal. Il s'agira du dernier chapitre de l'histoire de l'émission, née à Moncton en 1996.

Radio-Canada a annoncé le 7 mai dernier la fin de l'émission consacrée aux musiques émergentes.

La dernière émission, qui sera ponctuée de prestations de plusieurs artistes, dont Alaclair Ensemble, Fred Fortin et Vulgaires Machins, sera enregistrée 17 ans jour pour jour après la diffusion de la première, le 21 juin 1996.

Rencontré jeudi dans le repaire de l'équipe de Bande à part, l'animateur Alexandre Courteau n'a pas nié que la préparation de cette dernière était très particulière.

« Le moment est unique. On travaille sur cette émission et des collègues commencent à partir. Je n'ai jamais vraiment vécu ça. On sent qu'une page est en train d'être tournée. »

Coîncidence, Alexandre Courteau et toute l'équipe de Bande à part tireront leur révérence la même journée que deux monuments de la radio de Radio-Canada, René Homier-Roy et Michel Désautels. Ces derniers seront toutefois de retour à l'automne dans de nouvelles émissions.

L'animateur de Bande à part n'a pas eu besoin de leur demander conseil sur la manière de dire au revoir à son public. Les derniers mots, il les laissera à Léo Thériault, l'initiateur de Bande à part. Malgré cela, il demeure nerveux à l'idée de fermer le micro pour de bon.

« C'est un mélange de plusieurs émotions. Je ne suis plus nerveux avant une émission, mais vendredi, avant de commencer, je vais avoir le tract assurément. Je suis obsédé par la fin de l'émission.

L'équipe de Bande à part n'aurait pu imaginer meilleur scénario pour cette dernière; un concert-événement, le genre de soirée qui est devenu au fil des ans sa marque de commerce. Les Nuits blanches Bande à part en sont un bon exemple.

« Je ne voulais pas finir seul dans un coin. Les gens peuvent y assister, et nous continuons dans cette veine-là, c'est-à-dire en faisant découvrir des artistes. »

Bien des groupes sont nés et sont morts pendant les 17 ans de l'émission. Étrangement, l'émission n'a pas reçu un accueil très favorable à ses débuts, alors animée par Pierre Landry, maintenant derrière le micro à CBC Music.

« Au début, les artistes émergents était plutôt réticents à la présence de Radio-Canada, un média de masse, dans l'univers de la musique locale. La scène underground ne voyait pas d'un bon oeil l'arrivée d'un média doté de moyens plus importants. Quand les gens ont compris quelles étaient les vraies intentions du projet, ils nous ont accepté. Et on est toujours demeuré près de cette scène et des artistes. »

Les auditeurs et de nombreux artistes ont tenu à remercier Bande à part. En voici un montage.