Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Bob Rae quitte la politique

Le député fédéral de la circonscription de Toronto-Centre, Bob Rae, met fin à sa carrière politique. Il était jusqu'à tout récemment chef libéral intérimaire du Parti libéral du Canada.

Dans un point de presse où il était accompagné du nouveau chef libéral Justin Trudeau, Bob Rae, qui aura bientôt 65 ans, a expliqué qu'il quitte la vie politique pour se consacrer entièrement au rôle de médiateur qu'il a accepté pour le compte d'un regroupement de conseils de bande autochtones du nord de l'Ontario qui sont en négociation avec le gouvernement ontarien. Un rôle qu'il prend très au sérieux et qu'il désire remplir pleinement.

Bob Rae a assuré les journalistes que son choix n'a pas été motivé par des questions d'éthique ou d'argent puisqu'il occupe bénévolement ces fonctions de médiation.

Il s'agit essentiellement d'un problème de temps et de disponibilité, a tenu à préciser Bob Rae, assurant qu'il n'existe aucun différend entre lui et le nouveau chef du PLC, Justin Trudeau, en qui il a réitéré son amitié et sa confiance.

Le départ de Bob Rae constitue une perte importante pour le Parti libéral étant données les 35 années d'expérience qu'il détient en politique active sur la scène nationale et provinciale.

C'est également lui qui a tenu le parti uni à la suite de la cuisante défaite subie par les libéraux lors des dernières élections fédérales, au printemps 2011.

Bob Rae avait en effet été nommé chef intérimaire du PLC en mai 2011, pour remplacer le chef sortant, Michael Ignatieff, qui avait démissionné le lendemain du scrutin.

Justin Trudeau a pris le relais à la tête du PLC plus tôt cette année, à l'issue de la course à la direction.

Bob Rae a été élu sous la bannière néo-démocrate aux élections fédérales partielles de 1978, avant de faire le saut en politique provinciale ontarienne et de devenir le premier premier ministre néo-démocrate de la province de 1990 à 1995.

Confronté à une grave crise économique, son gouvernement avait connu des années difficiles au cours de cette période pendant laquelle l'économie et les finances de la province se sont profondément détériorées. Son gouvernement avait dû adopter une série de mesures impopulaires qui ont marqué cette période que les Ontariens évoquent sous le nom de « Rae days ».

Voici quelques tweets compilés par nos collègues du Huffington Post Canada (en anglais)

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.