NOUVELLES
18/06/2013 02:55 EDT | Actualisé 18/08/2013 05:12 EDT

Un émissaire américain pour mettre fin à la "souffrance" dans les Grands lacs

Les Etats-Unis se sont dotés mardi d'un nouvel émissaire pour l'Afrique des Grands lacs et la République démocratique du Congo (RDC), Washington voulant contribuer à sceller la paix dans l'est de la RDC, meurtrie notamment par la rébellion congolaise du M23.

L'ancien sénateur démocrate Russ Feingold a été nommé à ce poste par le secrétaire d'Etat John Kerry.

"Nous restons extrêmement perturbés par la souffrance dans la région des Grands lacs et par la crise qui se déroule dans l'est de la RDC", a déclaré M. Kerry à des journalistes en annonçant la nomination de son ancien collègue du Sénat, un "expert" de cette région succédant à l'ambassadeur Barrie Walkley en poste depuis décembre 2011.

"Nous sommes convaincus que nous pouvons aider les parties à trouver le chemin vers une paix durable, une cessation permanente des hostilités et vers le désarmement et la démobilisation du M23", a ajouté le ministre, assurant qu'il s'agissait d'une "priorité élevée" pour son gouvernement.

M. Feingold travaillera en étroite collaboration avec la représentante spéciale de l'ONU pour la région des Grands lacs, Mary Robinson.

La rébellion du M23 est active depuis mai 2012 dans l'est de la RDC, dans la région du Nord Kivu, mais négocie depuis décembre 2012 avec les autorités de Kinshasa à Kampala, capitale de l'Ouganda, médiateur de la crise. Le M23 est constitué d'anciens mutins tutsi congolais qui avaient été réintégrés à l'armée de la RDC en 2009, avant de faire de nouveau sécession en 2012.

Des experts de l'ONU accusent depuis un an le Rwanda et l'Ouganda, voisins de la RDC, de soutenir le M23, ce que ces deux pays réfutent.

Moins explicite, Washington a toutefois plusieurs fois laissé entendre que Kigali devait mettre fin à tout "soutien extérieur" à la rébellion en RDC.

nr/lor