NOUVELLES
18/06/2013 08:28 EDT | Actualisé 18/08/2013 05:12 EDT

Ottawa finance l'apprentissage de l'anglais d'immigrants francophones hors Québec

La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFAC) défend l'utilisation de fonds destinés à renforcer les communautés de langue officielle minoritaire pour enseigner l'anglais aux immigrants francophones qui s'installent à l'extérieur du Québec.

L'argent provient de la Feuille de route pour la dualité linguistique lancée par Ottawa en  2008, qui vise à renforcer la vitalité des communautés minoritaires francophones et anglophones du Canada.

La controverse a été soulevée à la suite d'une déclaration mardi au comité sur les langues officielles du ministre fédéral de l'Immigration, Jason Kenney, dans laquelle il a expliqué qu'un nouvel arrivant francophone s'installant dans une province anglophone aurait du mal à s'intégrer s'il ne comprend pas l'anglais.

« Nous visons la langue officielle que les immigrants veulent apprendre », a déclaré M. Kenney, en réponse à une question du Nouveau Parti démocratique (NPD). Ses propos ont été rapportés par le quotidien ontarien Le Droit.

Mardi à la Chambre des communes, le Nouveau parti démocratique a demandé au gouvernement de s'assurer que l'argent de la Feuille de route serve à l'épanouissement des communautés francophones hors Québec.

Enseigner l'anglais pour promouvoir l'intégration 

La présidente de la FCFAC, Marie-France Kenny, a défendu l'utilisation de l'argent de la Feuille de route pour enseigner l'anglais aux immigrants francophones dans les provinces à majorité anglophone. 

Elle a également souligné l'intérêt des institutions francophones d'offrir des cours de langue seconde, afin de favoriser les liens des nouveaux arrivants avec les communautés francophones.

La Feuille de route, précise-t-elle, doit promouvoir le bilinguisme et permettre aux nouveaux arrivants qui ne sont pas francophones la possibilité d'apprendre le français dans tout territoire ou province du pays.