NOUVELLES
18/06/2013 06:47 EDT | Actualisé 18/08/2013 05:12 EDT

Le premier ministre Erdogan accorde de nouveaux pouvoirs aux policiers turcs

ANKARA, Turquie - Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan compte accorder de nouveaux pouvoirs aux policiers, en réponse aux manifestations populaires qui défèrlent sur le pays depuis plusieurs jours.

Il a fait cette annonce mardi, au moment où les policiers procédaient à plusieurs perquisitions et arrêtaient des dizaines de personnes soupçonnées d'actes de violence à l'endroit de la police.

La station de télévision NTV rapporte que les perquisitions menées à Ankara et Istanbul visaient des groupes de gauche. Au moins 87 personnes ont été arrêtées.

Le gouvernement turc a été critiqué pour la force excessive dont semblent avoir fait usage les policiers, mais M. Erdogan a estimé que la police a fait preuve de retenue et qu'elle a agi en toute légalité.

Des policiers antiémeute avaient de nouveau été déployés dans les rues d'Istanbul et d'Ankara, mardi.

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a demandé mardi aux autorités turques de faire la lumière sur des allégations selon lesquelles les grenades de gaz lacrymogènes ont été tirées directement en direction des manifestants ou encore utilisées dans des endroits clos. L'organisme new-yorkais de défense des droits de la personne Human Rights Watch avait émis des préoccupations similaires la veille.

Lundi soir, le multiartiste Erdem Gunduz s'est tenu immobile et silencieux sur la place Taksim, de manière à défier le premier ministre Erdogan. Son geste a été repris par plusieurs autres manifestants à Istanbul et ailleurs, en plus de susciter de nombreuses réactions sur les médias sociaux.

La manifestation de M. Gunduz a été interrompue par la police tôt mardi, après que d'autres manifestants se soient joints à lui.