NOUVELLES
18/06/2013 05:00 EDT | Actualisé 18/08/2013 05:12 EDT

Le gouvernement américain et les talibans entament des négociations de paix

KABOUL - Les talibans afghans et le gouvernement des États-Unis ont annoncé mardi qu'ils lançaient des négociations pour trouver une solution politique à la guerre en Afghanistan, alors que le mouvement islamiste a ouvert un bureau au Qatar.

Cette annonce survient le jour où les forces de sécurité afghanes ont pris la responsabilité de la sécurité sur tout le territoire afghan en remplacement des forces internationales de l'OTAN, un point tournant de la guerre en Afghanistan qui ouvre la voie au retrait complet de la plupart des troupes étrangères d'ici 18 mois.

Des responsables de l'administration Obama ont indiqué que l'ouverture d'un bureau des talibans à Doha était la première étape vers l'objectif ultime des États-Unis et de l'Afghanistan, soit de pousser les talibans à renoncer complètement à tout lien avec Al-Qaïda.

Ces responsables, qui ont réclamé l'anonymat parce qu'ils n'étaient pas autorisés à s'adresser aux journalistes, ont précisé que des représentants américains entameraient des rencontres formelles avec les talibans au bureau de Doha dans les prochains jours.

À Doha, un porte-parole des talibans, Mohammad Naim, a affirmé que le groupe s'opposait à l'utilisation du territoire afghan pour menacer d'autres pays et soutenait le processus de négociation, deux exigences préalables des gouvernements américain et afghan. Il a fait cette déclaration peu après que le ministre des Affaires étrangères du Qatar eut donné son accord à l'ouverture du bureau des talibans.

M. Naim a déclaré que les talibans étaient prêts à utiliser tous les moyens légaux pour mettre fin à l'«occupation» de l'Afghanistan.

Il a remercié le dirigeant du Qatar, le cheikh Hamad bin Khalifa Al Thani, pour avoir permis aux talibans d'ouvrir un bureau sur le territoire qatari.

Les responsables du gouvernement américain ont précisé que des représentants des États-Unis et des talibans auraient d'abord des rencontres bilatérales. Le Haut Conseil de la paix du président afghan Hamid Karzaï devrait entamer ses propres discussions avec les talibans quelques jours plus tard.

Les responsables de l'administration Obama ont admis qu'il s'agirait d'un processus «long, complexe et désordonné» à cause de la grande méfiance entre les deux parties. Ces responsables ont précisé que les États-Unis exigeraient que les talibans rompent tous leurs liens avec Al-Qaïda, renoncent à la violence et acceptent la Constitution afghane.

La première rencontre entre les États-Unis et les talibans, prévue dans quelques jours, se concentrera sur la présentation du programme de chaque partie et sur les prochaines étapes à suivre.

Les responsables américains ont indiqué que le président Barack Obama avait personnellement travaillé avec le président afghan pour permettre l'ouverture du bureau des talibans au Qatar. Le secrétaire d'État américain, John Kerry, a également joué un rôle important, ont-ils dit.