NOUVELLES
18/06/2013 09:46 EDT | Actualisé 18/08/2013 05:12 EDT

Le Cubain de 20 ans Jose Fernandez brille avec les Marlins de Miami

MIAMI - Les apparences ne mentent pas dans le cas de Jose Fernandez: il a toujours l'air de vouloir apprécier chaque moment, et ça reflète tout à fait sa mentalité.

«Je me dis constamment que je suis ici pour avoir du plaisir», a confié le déserteur cubain de 20 ans, qui montre une fiche de 4-3 avec les Marlins de Miami.

À l'approche de son départ de mercredi en Arizona, Fernandez est parmi les trois meilleures recrues des majeures pour la moyenne (3,11) et pour celle des frappeurs contre lui (,210).

À sa dernière sortie, Fernandez est devenu le premier artilleur de moins de 21 ans à retirer 10 frappeurs ou plus au bâton depuis Felix Hernandez avec Seattle, en 2007.

«Il me fait penser à Felix quand il était plus jeune, dit Roy Halladay des Phillies, qui a gagné deux fois le trophée Cy Young. Il a le même genre de présence et d'arsenal. S'il continue de se développer, il pourrait atteindre le même niveau.»

Fernandez sourit quand on lui fait part de ce compliment, mais il faut dire qu'il sourit la plupart du temps, en ayant toujours à l'esprit tout le chemin qu'il a parcouru.

«Ç'a été assez dur de me rendre jusqu'ici et je ne parle pas d'atteindre les majeures, a mentionné Fernandez. Je parle de me rendre jusqu'aux États-Unis. Les 15 ans que j'ai passés à Cuba m'ont beaucoup appris. La vie est assez dure là-bas, et je suis vraiment privilégié d'être aux États-Unis.»

Ses trois premières tentatives de défection ont échoué, et le jeune Fernandez a passé plusieurs mois en prison. Il a finalement quitté l'île en bateau avec sa mère et quand celle-ci est tombée dans le canal du Yucatan, il a sauté à l'eau pour la ramener en lieu sûr.

Ils ont atteint le Mexique avant d'aller à Tampa y rejoindre le père de Fernandez, qui s'était enfui de Cuba deux ans plus tôt.

Après quelques brillantes saisons à l'école secondaire, les Marlins ont fait de lui le 14e choix de 2011. Fernandez a compilé une fiche de 14-2 et une moyenne de 2,02 dans les mineures (Ligue des recrues ou niveau A), puis il a mérité sa place avec les Marlins en brillant au camp, cette année.

«J'ai vu très peu de gars qui ont une aussi belle maîtrise de leurs lancers, a dit Mike Redmond, le gérant des Marlins. Il y a beaucoup de raffinement dans ses tirs, même ceux qu'il utilise moins souvent.»

Fernandez, un athlète de six pieds deux et 242 livres, a déjà un solide répertoire. Un bon nombre de ses retraits au bâton sont acquis avec une glissante ou une courbe, des tirs qu'il ne craint pas de lancer avec le compte complet. Et il vient d'ajouter un bon changement de vitesse pour aller avec sa rapide, qui est souvent à 95 milles à l'heure, et qui peut atteindre 98 milles à l'heure.

Les Marlins jouent de prudence avec sa charge de travail, et ils pourraient limiter son total de manches à 170 cette saison. Le principal intéressé veut toutefois la balle le plus longtemps possible. Il était d'ailleurs bien heureux de son sommet personnel de 107 tirs dans un gain de 5-4 contre St. Louis, vendredi dernier, d'autant plus qu'il avait donné deux points dès la première manche.

«Je veux toujours combattre, peu importe qui j'affronte, a dit Fernandez. Je ne lâche jamais. C'est la mentalité que j'ai à chaque départ.»