NOUVELLES
18/06/2013 03:40 EDT | Actualisé 18/08/2013 05:12 EDT

Le catamaran solaire PlanetSolar en mission pour étudier le Gulf Stream

Le gigantesque catamaran solaire PlanetSolar s'est récemment lancé dans un voyage scientifique pour étudier les effets du changement climatique sur le Gulf Stream, une seconde vie pour ce bateau qui avait été le premier véhicule solaire à réaliser un tour du monde.

"Au lieu d'être transformé en musée dans un port quelque part dans le monde, ce navire est maintenant lancé dans cette deuxième vie", a expliqué mardi à New York son capitaine, le Français Gérard d'Aboville, lors d'une conférence de presse.

Parti de La Ciotat, dans le sud de la France, il y a un peu moins de deux mois, PlanetSolar a entamé récemment à Miami, en Floride, sa remontée du Gulf Stream. Arrivé lundi à New York, il doit ensuite repartir vendredi vers Boston, dans le nord-est des Etats-Unis, puis Saint-Jean de Terre-Neuve, au nord-est du Canada, ainsi que Reykjavik, en Islande, avant d'achever son périple à Bergen, en Norvège.

"Notre principal objectif est d'étudier le Gulf Stream. Je vis moi-même en Bretagne, dans l'ouest de la France, et nous sommes très inquiets. Nous savons tous que si le Gulf Stream varie, même un tout petit peu, notre climat se détériorera énormément", a souligné Gérard d'Aboville.

"Nous voulons comprendre les interactions complexes entre la physique, la biologie et la climat, pour permettre aux scientifiques d'affiner leurs simulations climatiques, particulièrement parce que cela a un rapport avec les échanges d'énergie entre l'océan et l'atmosphère", a précisé le professeur Martin Beniston, directeur de l'Institut des sciences environnementales de l'université de Genève, responsable de l'expédition.

Courant d'eau chaude prenant sa source entre la Floride et les Bahamas, le Gulf Stream remonte jusque dans l'Atlantique nord, permettant notamment à l'Europe de bénéficier d'un climat chaud dans les latitudes où il passe.

PlanetSolar, qui bat pavillon suisse, est équipé de 825 modules avec 38.000 cellules photovoltaïques réparties sur une surface totale de 537 mètres carrés. Il atteint en moyenne une vitesse de 7,5 noeuds (14 km/h). En mai 2012, il était devenu le premier véhicule à boucler --en 19 mois-- un tour du monde uniquement grâce à l'énergie solaire.

mar/mdm/lor