NOUVELLES
18/06/2013 03:56 EDT | Actualisé 18/08/2013 05:12 EDT

L'absence de Hossa a mis en lumière toute la culture du secret de la LNH

BOSTON - Marian Hossa est l'un des meilleurs marqueurs des Blackhawks de Chicago. Il compte déjà trois buts gagnants à sa fiche au cours des présentes séries.

Et puis, soudainement, il n'était pas de la formation pour une équipe qui a grand besoin d'offensive. Son absence fait partie de l'immense jeu du chat et de la souris auquel se livrent les équipes de la Ligue nationale de hockey, qui croient que toute information concernant une blessure peut s'avérer un avantage pour leurs adversaires.

Le nom de Hossa a été rayé de la formation des Hawks après la séance d'échauffement du match perdu 2-0 aux mains des Bruins de Boston, lundi.

Au cours du match, plusieurs médias ont rapporté que Hossa avait été atteint à l'oeil par une rondelle au cours de cette séance d'échauffement. Mais l'entraîneur-chef des Blackhawks, Joel Quenneville, a nié cette information après la rencontre.

Comme les équipes de la LNH ne doivent divulguer que l'endroit général de la blessure — les fameux haut et bas du corps — Quenneville n'a répondu que par un seul mot: «haut».

Pour l'attaquant des Hawks Patrick Sharp, «ça fait partie du jeu quand vous êtes si près de l'objectif ultime».

Les Bruins ont pris les devants 2-1 dans la série. Le quatrième match sera disputé mercredi et même s'il ne panique pas, Quenneville reconnaît que la situation n'est pas idéale pour son équipe.

«Perdre deux matches de suite ça vous réveille, a t-il dit. Nous devons nous assurer de donner au match de mercredi toute l'importance qu'il mérite. Nous devons élever notre jeu d'un cran.»

La tâche risque de ne pas être facile. Les Bruins ont remporté leurs sept derniers matches à domicile et leur fiche au TD Garden lors des présentes séries est de 8-2, avec un avantage de 28-17 au niveau des buts.

Les Hawks peuvent tout de même s'inspirer de leur série de deuxième tour contre Detroit, où ils ont accusé un déficit de 1-3 dans la série.

«Contre les Red Wings nous avons trouvé le moyen de renverser la vapeur, a dit Quenneville. Nous recherchons le même genre de réveil. Si nous arrivons à bien faire, nous serons de retour en bonne position.»

Une des préoccupations des Hawks est la domination des Bruins lors des mises au jeu. Boston les a remportées 40 fois sur 56 lundi, avec Patrice Bergeron gagnant 24 confrontations sur 28.

Et l'attaque à cinq des Blackhawks, déjà ordinaire en saison régulière (19e de la ligue), est encore moins efficace depuis un bout de temps.

Les Hawks ont été blanchis en cinq avantages numérique dans le troisième match, et ils n'ont pas marqué dans ce contexte à leurs 20 dernières occasions, si on remonte au deuxième match de la finale de l'Ouest.

Leur unité a un taux de succès de 11,3 pour cent lors des présentes séries (sept en 62), et de seulement 3,7 pour cent sur les patinoires adverses (un but en 27 occasions). Contre Boston lors de la série en cours, le club de Chicago a été frustré à chacun de ses 11 avantages numériques.