NOUVELLES
18/06/2013 06:16 EDT | Actualisé 18/08/2013 05:12 EDT

Égypte: des manifestants bloquent les bureaux des gouverneurs islamistes

LE CAIRE, Égypte - Des affrontements ont éclaté mardi entre partisans et opposants du président égyptien et des Frères musulmans dont il est issu, après la nomination de nouveaux gouverneurs islamistes dans des régions où l'opposition est forte.

Dimanche, le président Mohammed Morsi a nommé 17 nouveaux gouverneurs, dont sept membres des Frères musulmans et un membre d'une ancienne milice islamiste, qui dirigera la province comprenant la ville antique de Louxor. Cette nomination est contestée par les résidants et les guides touristiques de Louxor, puisque le groupe auquel appartient le gouverneur a revendiqué la responsabilité d'un attentat qui avait tué 58 touristes en 1997.

Le ministre du Tourisme envisage de démissionner pour protester contre la nomination du gouverneur de Louxor, a indiqué la porte-parole du ministère, Rasha el-Azzazzi. Des manifestants ont bloqué les entrées des bureaux des gouverneurs dans tout le pays.

Les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes mardi pour séparer deux camps qui s'affrontaient à Tanta, dans le delta du Nil. L'affrontement a commencé quand des manifestants de l'opposition se sont enchaînés aux grilles du bureau du nouveau gouverneur pour exprimer le rejet symbolique de sa nomination.

Des dizaines de personnes ont été blessées, dont des journalistes, selon l'adjoint du ministre de la Santé à Tanta, Mohammed Sharshar.

Le nouveau gouverneur de Tanta, Ahmed el-Baylie, un membre de premier plan des Frères musulmans, a réussi à entrer dans son bureau après que ses partisans, munis d'armes artisanales, eurent affronté les manifestants qui leur lançaient des pierres.

Des témoins ont déclaré qu'une manifestante avait enlevé sa chaussure et frappé le gouverneur à la tête, poussant les partisans du gouverneur à l'attaquer.

Les manifestants ont ensuite tenté de mettre le feu aux bureaux locaux du parti affilié aux Frères musulmans, lançant des cocktails Molotov et enfonçant les portes de l'édifice, d'après des témoins.

D'autres villes égyptiennes, dont Menoufia, dans le nord, Beni Suef, dans le sud, et Ismailiya, en bordure du canal de Suez, ont vécu des scènes semblables.

À Louxor, le mécontentement était palpable. Des manifestants ont poursuivi pour le deuxième jour consécutif leur siège du bureau du gouverneur, scellant les entrées et brandissant des pancartes où l'on pouvait lire «Le gouverneur terroriste n'est pas autorisé». Certains touristes étrangers se sont joints à la manifestation.

Le nouveau gouverneur, Adel el-Khayat, appartient au Parti du développement et de la construction, le bras politique du groupe extrémiste Gamaa Islamiya, qui a lancé une insurrection armée contre l'État égyptien dans les années 1990. En 1997, le groupe avait tué 58 touristes lors d'un attentat au temple d'Hatchepsout à Louxor.

Gamaa Islamiya a ensuite renoncé à la violence et s'est tourné vers la politique. Le parti créé par le groupe est un proche allié du président Morsi, et la nomination d'Adel el-Khayat est considérée comme une récompense pour l'appui du groupe.