NOUVELLES
18/06/2013 03:41 EDT | Actualisé 17/08/2013 05:12 EDT

Afghanistan : ouverture des talibans pour un dialogue de paix

Alors que l'OTAN remettait mardi le contrôle du pays aux forces de sécurité afghanes, les talibans ont annoncé l'ouverture d'un bureau au Qatar pour tenter de trouver une solution politique au conflit en Afghanistan.

Cette rare invitation au dialogue des talibans afghans a été bien accueillie par Washington et Kaboul, qui ont annoncé à leur tour l'envoi d'émissaires au Qatar.

Situé dans la capitale qatarie, « le bureau politique de l'Émirat islamique d'Afghanistan » a été ouvert en collaboration avec le gouvernement du Qatar.

Les talibans avaient jusqu'à aujourd'hui toujours refusé de négocier tant et aussi longtemps que des troupes étrangères fouleraient le sol de leur pays.

Ils avaient cependant laissé savoir l'an dernier qu'ils seraient prêts à ouvrir un bureau à l'étranger pour faciliter d'éventuelles négociations de paix. La capitale du Qatar, Doha, s'était alors imposée comme étant le meilleur endroit pour ouvrir ce bureau.

Transfert de la sécurité aux forces afghanes

Plus tôt mardi, les forces afghanes ont repris officiellement le contrôle du territoire afghan, étape cruciale dans le processus de désengagement des troupes de l'OTAN qui occupent l'Afghanistan depuis plus de 10 ans.

« À partir de maintenant, nos troupes courageuses auront la responsabilité de la sécurité », a lancé le président Hamid Karzaï dans un discours prononcé lors d'une cérémonie officielle, en présence du secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen.

L'OTAN assurait la sécurité du pays depuis la chute du régime des talibans, en 2001, et devrait avoir quitté le territoire d'ici la fin de 2014. Les forces étrangères devaient maintenant se contenter de soutenir les opérations de l'armée et de la police locale, en plus de poursuivre la formation des agents.

La fréquence des attentats mortels alors que les forces afghanes gagnaient de plus en plus de responsabilités, dans les derniers mois, laisse toutefois craindre que l'OTAN ne soit appelée à intervenir plus souvent que prévu.

Attentats meurtriers

Toutefois, ces deux avancées vers la paix en Afghanistan ont été assombries par deux attentats meurtriers.

En matinée, une explosion qui s'est produite en matinée dans l'ouest de la capitale visait apparemment un membre du Parlement allié du président Hamid Karzaï. Il n'a pas été touché, mais au moins trois civils ont péri.

Puis, quatre soldats américains ont été tués dans une attaque menée par les insurgés contre la base aérienne de Bagram.