NOUVELLES
17/06/2013 12:17 EDT | Actualisé 17/08/2013 05:12 EDT

Les PM de l'Ouest veulent lutter davantage contre l'intimidation au pays

WINNIPEG - Les premiers ministres des provinces et des territoires de l'Ouest affirment que l'intimidation est un problème important et que l'ensemble du pays doit trouver des façons de s'attaquer à son aspect le plus récent, la cyberintimidation.

À la suite d'une brève réunion des leaders de l'ouest du pays à Winnipeg, lundi, le premier ministre manitobain, Greg Selinger, a déclaré que ses homologues et lui discuteraient de cette question lors du prochain Conseil de la fédération, le mois prochain en Ontario.

Selon M. Selinger, les médias sociaux contribuent à des événements aux conséquences importantes.

Le problème de l'intimidation a été ramené récemment à l'avant-scène médiatique à la suite de la mort de deux adolescentes en Nouvelle-Écosse et en Colombie-Britannique.

Le gouvernement fédéral s'est engagé à examiner la possibilité d'adopter de nouvelles lois criminelles, qui pourraient comprendre une interdiction de diffusion d'images personnelles sans autorisation.

M. Selinger a laissé entendre que les provinces pouvaient en faire davantage de leur côté.

«Les initiatives contre l'intimidation ont débuté dans des juridictions provinciales à travers le pays. Nous sommes heureux de constater que le gouvernement fédéral démontre également un intérêt dans ce domaine», a dit l'hôte de la brève rencontre.

Les premiers ministres ont également abordé les questions de l'immigration, des infrastructures et de l'aide fédérale en cas de catastrophe pendant leur réunion de trois heures.

L'Ouest aimerait que le gouvernement fédéral se concentre davantage sur l'immigration, la formation professionnelle et l'amélioration du processus d'obtention de visas pour encourager les gens à s'installer dans les provinces de l'Ouest.

Si les premiers ministres ont également discuté du dossier énergétique, ils ont précisé que le projet d'oléoduc Northern Gateway, qui transporterait du pétrole des sables bitumineux albertains à des pétroliers sur les côtes de la Colombie-Britannique, n'a pas fait l'objet d'échanges. Le projet, mis sur pied par Enbridge, a provoqué d'importantes tensions entre les deux provinces.

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, et son homologue albertaine, Alison Redford, s'étaient rencontrées en tête-à-tête vendredi. Elles ont annoncé la création d'un groupe de travail ministériel qui se penchera sur les questions de la formation professionnelle, de l'immigration et de la croissance économique, en évitant également d'aborder la question de l'oléoduc, dont la version actuelle a été rejetée par le gouvernement Clark.