DIVERTISSEMENT
17/06/2013 02:49 EDT | Actualisé 17/08/2013 05:12 EDT

FrancoFolies 2013: Marcie et son romantisme abrasif (ENTREVUE)

Jean-François Cyr

MONTRÉAL - Finaliste des dernières Francouvertes 2013, Marcie trimbale des chansons poéticoromantiques simples, mais efficaces. Tantôt inspirée, tantôt maniérée et timide, la chanteuse du Saguenay-Lac-Saint-Jean d'adoption montréalaise accompagne à la guitare les morceaux d'un récent album qu'elle a écrits et composés. Rencontre avec la charmante jeune femme qui raconte son univers de chanson française et de pop rétro.

Lors de la finale des Francouvertes au Club Soda [elle est arrivée en troisième position derrière Les Hay Babies et le collectif rap Dead Obies], elle a pu partager son monde bien distinctif de morceaux à texte mélancoliques et d'interprétations dramatico théâtrales, à savoir une gestuelle calme et calculée.

Mélange de Morane, de Carla Bruni et de Françoise Hardy (le côté poétique et l'aspect rock, entre autres), Marcie Sylvestre propose des pièces aux rimes tristes et passionnées, parfois humoristiques. Avec une douceur et un phrasé emprunté à la mère patrie (même si elle est de Jonquière et que l'accent du coin refait surface quand elle s'adresse au public), Marcie propose un univers singulier et plutôt réussi, quoiqu'un peu lent. Mais si l'on est prêt à embrasser les caractéristiques traditionnelles de la chanson française, son travail risque de plaire.

«J'assume cette poésie sombre, cette approche classique empruntée aux chanteuses et chanteurs à texte français. Dans mon enfance, j'écoutais Moustaki, Brel ou encore Gilles Vigneault. Je les aime toujours, tout comme Anne Sylvestre, Barbara et Françoise Hardy. Comme certains d'entre eux, j'ai un intérêt relatif pour la poésie. Mais ce n'est pas une passion [...] J'ai toujours eu envie d'écrire des mots qui sont accessibles, universels. Ma manière de travailler est assez instinctive. Chose certaine, j'ai dû m'approprier cet univers poétique qui n'est pas quelque chose de si naturel pour moi», raconte la principale intéressée, qui s'exerce de belle façon à évaluer sa propre musique en entrevue.

LES TROIS QUESTIONS HUFFPOST

1. Quel artiste suggéreriez-vous aux Montréalais d’aller voir durant les FrancoFolies, mis à part vous?

R. Ludo Pin... J'irais voir Clotaire Rapaille l'Opéra Rock aussi! Et j'ai un faible pour Alexis HK.

2. Quel est votre lieu favori à Montréal?

R. La Taverne Jarry

3. Nommez un mot de la langue française pour décrire votre œuvre.

R. Préambule. J'ai hâte aux explorations.

Les acolytes aux FrancoFolies

Musicienne accomplie, Marcie (guitare, harmonica) est notamment accompagnée du guitariste Ludo Pin (en plus d'avoir réalisé l'album homonyme sorti en mai, il fait du bon boulot sur scène avec ses ambiances planantes persillées de country). S'ajouteront aussi sur scène le bassiste Simon Dolan, le batteur Mathieu Vézio et la pianiste Joëlle St-Pierre.

«Ça fait deux ans qu'on joue ensemble Ludi et moi», explique Marcie. «Il a apporté quelque chose de plus abrasif, plus rugueux. Il m'a aidée à sortir du trop cute et du cadre purement folk. Il m'a permis aussi d'être plus posée et de me consacrer à mon travail d'interprète au micro. Ensemble, on a mis beaucoup d'importance sur les contrastes, entre le classicisme et les légères touches de rock électro. Je crois que c'est plus lumineux et plus texturé grâce à lui.»

Durant son concert gratuit d'une heure aux FrancoFolies, Marcie jouera toutes les chansons de son album homonyme, quelques anciennes pièces ainsi que quelques reprises, dont elle préfère taire les titres pour conserver l'effet de surprise.

Marcie: le lundi 17 juin, 19h - scène SiriusXM.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Francofolies 2013: quelques artistes Voyez les images