DIVERTISSEMENT
17/06/2013 07:28 EDT | Actualisé 17/06/2013 11:54 EDT

FrancoFolies 2013 : IAM, la résistance par les mots (ENTREVUE)

courtoisie

MONTRÉAL - C’est armé d’un tout nouvel album intitulé Arts martiens que le collectif marseillais IAM - groupe phare du rap français bien connu des Montréalais - débarque aux FrancoFolies 2013. Venu à Laval il y a deux ans, IAM proposera cette fois-ci un concert bien différent grâce à cette nouvelle mouture parue en avril, qui se faisait d’ailleurs pas mal attendre. Rencontre avec quatre pionniers rappeurs.

IAM a récemment fait les manches internationales en raison de sa collaboration à la bande originale du film The Wolverine : le combat de l'immortel. Soit, mais Arts martiens c’est beaucoup plus qu’une association à Marvel et au grand studio américain 20th Century Fox. C’est aussi la continuité de 20 ans d’expérience et 17 morceaux éclectiques, certes, mais qui se défendent fort bien dans l’ensemble.

Il aura fallu de nombreuses années avant que la formation retrouve d’ailleurs son essence cent pour cent IAM. Exit les collaborateurs pour la production. Retour à l’époque de L’École du micro d’argent. Et tant mieux puisqu’en général Arts martiens tient bien la route.

Ils auront tout fait ensemble en trois mois, de l’écriture à l’enregistrement : « La manière de travailler a changé en comparaison avec les deux derniers disques, autant pour l’écriture que pour notre façon de se rencontrer dans plein de lieux différents pour chaque étapes », raconte Shurik’n.

« Je pense que cette façon de faire a influencé l’album, peut-être même la tournée », renchérit Akhenaton. « Disons plutôt la transition. Car pour l’instant, nous faisant 25 concerts qui seront en quelque sorte une façon de mettre un pied dans le dernier album. On veut donner le temps au public de s’adapter au nouveau matériel. »

« Il faut comprendre que les fans ne peuvent pas recevoir juste des nouvelles chansons », poursuit Kheops. « Nous avons la chance d’avoir plusieurs classiques (impossible de passer à côté de Je danse le mia). Et dans chaque spectacle les gens demandent à les entendre. Nous ne pourrions passer à côté. »

LES TROIS QUESTIONS HUFFPOST

1. Quel artiste suggérez-vous aux Montréalais d’aller voir durant les FrancoFolies, mis à part vous?

R. Certainement 1995 et Oxmo Puccino. Puisqu’ils sont quatre membres en entrevue, ils « réclament » le droit à deux propositions !

2. Quel est votre lieu favori à Montréal?

R. De l’avis de Shurik’n, le Mont-Royal. Pour son populaire jam des tam-tams qu’il adore.

3. Nommez un mot de la langue française pour décrire votre œuvre.

R. Résistance. Dans la musique et dans le monde.

La colère

Encore une fois, les thèmes de l’amitié et de la liberté reviennent sur Arts Martiaux. Les enjeux sociaux aussi prennent une place considérable dans le travail du groupe. Sur la chanson Les raisons de la colère, la révolte gronde. On pense aussi aux morceaux Marseille, Pain Au Chocolat et Notre Dame veille.

« La colère, celle partagée chez IAM, est d’abord liée à l’injustice », affirme Akhenaton. « Elle renferme des tonnes de problèmes humains, systémiques, politiques. Je peux même y inclure la perception médiatique de notre travail […] Nous sommes maintenant arrivés dans la quarantaine. Nos constats ont changé par rapport au début. Je dirais qu’ils sont plus nuancés. »

« Les illusions meurent », ajoute Kephren. « Notre vision du monde est plus réfléchie. La colère est différente. Et à ce niveau, elle est partagée par tous les membres. »

Donc en spectacle, il faut s’attendre à la même philosophie. Cependant, la présentation scénique sera toute autre au Métropolis. « La formule band est délaissée pour faire plus de place au gars de IAM, précise Akhenaton. « C’est plus hip-hop, plus théâtral aussi. C’est très vivant. Le décor également est nouveau. À base de bâches, il est parfait pour les jeux de lumière. »

« On a de gros souvenir dans cette salle du Métropolis », lance Kheops. « On a dû y jouer au moins cinq fois. Nous sommes contents d’ailleurs de savoir que nous jouerons à guichet fermé. »

« La prochaine fois, ce serait bien de jouer en extérieur durant les FrancoFolies », dit Akhenaton. « Avec une immense foule. Pour se faire connaître encore davantage. En plus, jouer dehors c’est comme une bataille […] Mais nous savons que les organisateurs du festival aiment programmer IAM en salle. Nous verrons… Parce que bien entendu, nous reviendrons. Nous adorons jouer au Québec. C’est très important pour nous. »

La véritable tournée internationale (des dizaines de pays sont au menu) commencera le 18 octobre 2013.

IAM - 18 juin, 21h – Métropolis (spectacle complet)

La première partie de la soirée sera assurée par Taktika.

EN IMAGES:

FrancoFolies: 16 juin 2013