NOUVELLES
16/06/2013 12:03 EDT | Actualisé 15/08/2013 05:12 EDT

Phil Mickelson est seul en tête, mène par un coup à l'Omnium des États-Unis

ARDMORE, États-Unis - Phil Mickelson a entamé la semaine en effectuant quelques vols aller-retour d'un bout à l'autre du pays. Le dernier parcours de 18 trous qui le sépare maintenant d'un premier titre en carrière à l'Omnium des États-Unis pourrait cependant lui paraître encore plus long, dimanche.

Surtout qu'il n'a jamais bénéficié d'une meilleure opportunité que celle-ci auparavant.

En dépit d'un boguey sur le dernier vert samedi après-midi, Mickelson était le seul golfeur à se retrouver sous la normale sur le parcours Est du club de golf Merion. Il a finalement joué 70, à égalité avec la normale, et a maintenu son avance d'un coup sur les Américains Hunter Mahan et Steve Stricker et sur le Sud-Africain Charl Schwartzel.

Le célèbre gaucher est seul en tête de l'Omnium des États-Unis après 54 trous pour la première fois de sa carrière professionnelle.

Mickelson, qui affiche un score cumulatif de moins-1 (209), a déjà terminé deuxième en cinq occasions — un record pour ce tournoi majeur. Dimanche, il tentera de gagner la prestigieuse compétition pour la première fois de sa carrière, le jour de la Fête des Pères... et de son 43e anniversaire de naissance.

«Les circonstances pourraient mener à quelque chose de spécial», a convenu Mickelson. «Mais je devrai me présenter sur le terrain, et livrer une ronde de golf au meilleur de mes capacités.»

Mickelson devait donc se concentrer à écarter ses adversaires, samedi — et parmi eux se trouvait Tiger Woods. Ce dernier a entamé la journée à seulement quatre coups de la tête, et a donné le ton à sa ronde en calant un coup roulé de 12 pieds pour un oiselet dès le premier vert. Sauf que les choses se sont rapidement détériorées pour le golfeur no 1 au monde. Il a commis sept bogueys et n'a jamais pu réussir un autre oiselet, égalant son pire résultat professionnel à l'Omnium des États-Unis avec une carte de 76 (plus-6).

Woods accuse 10 coups de retard sur Mickelson.

La dernière heure de compétition samedi pourrait résumer la ronde de dimanche. À un certain moment, cinq golfeurs étaient sous la normale, et soudainement «Lefty» s'est retrouvé seul.

Luke Donald était seul aux commandes du tournoi jusqu'à ce qu'il ne commette deux mauvais élans sur les deux derniers trous — un coup de fer-2 dans une fosse de sable au 17e qui a mené à un boguey, et un mauvais coup de cocheur dans l'herbe longue qui a abouti à la droite du 18e vert et entraîné un double-boguey. Tout s'est effondré à ce moment-là, et l'Anglais s'est contenté d'une ronde de 71, pour aboutir à deux coups de Mickelson.

Billy Horschel, à égalité avec Mickelson au début de la troisième ronde, a maîtrisé ses émotions et a joué 72. Il accuse lui aussi un déficit de deux coups sur l'Américain.

David Hearn (73), de Brantford, en Ontario, est à plus-10, tandis que Mike Weir (75), de Bright's Grove, en Ontario, suit trois coups plus loin.