NOUVELLES
16/06/2013 02:00 EDT | Actualisé 16/08/2013 05:12 EDT

Forte présence de l'industrie aéronautique québécoise au 50e salon du Bourget

PARIS - L'industrie aéronautique québécoise participe en force au 50ème salon du Bourget, qui s'ouvre lundi près de Paris.

Le géant Bombardier et CAE, qui auront comme d'habitude leurs propres «chalets» et espaces d'exposition, seront en première ligne, tandis qu'une trentaine de PME seront réunies au pavillon du Québec. L'un dans l'autre, c'est la plus grosse délégation jamais envoyée sur le tarmac de l'aéroport historique du Bourget, ont noté dimanche à Paris le ministre des Finances et de l'Économie, Nicolas Marceau, et la ministre déléguée à la Politique industrielle, Élaine Zakaïb, venus promouvoir la «grappe aérospatiale».

«Le Bourget, c'est un gros morceau, a expliqué Mme Zakaïb. Nous avons tenu à être deux ministres pour rencontrer le plus de gens possible pour mettre de l'avant le Québec. (…). C'est important pour le Québec d'être présent de façon distincte.»

«Nous avons deux objectifs : permettent à nos entreprises de développer leurs marchés et attirer des investissements au Québec», a renchérit le ministre Marceau, en rappelant le poids économique du secteur, avec ses ventes annuelles de 12,1 milliards $ et ses 42 000 emplois (dont 13 000 ingénieurs).

La présence des deux ministres donnera lieu lundi et mardi à une près d'une dizaine d'annonces d'investissements ou d'implantations, des «dossiers qu'on travaille depuis longtemps», note la ministre Zakaïb, et qu'on annonce au Bourget pour obtenir un impact maximum.

Ici, chacun mise sur les effets d'annonce, mais à une toute autre échelle lorsqu'il s'agit des grands avionneurs comme Boeing ou Airbus, qui se livrent une lutte sans merci à coup de contrats de plusieurs milliards de dollars.

Pour le Québec, les regards se tourneront vers Bombardier et son nouveau CSeries, qui doit effectuer son premier vol la semaine prochaine au Québec et dont on pourra voir une maquette grandeur nature en «statique».

L'avionneur aurait déjà en poche 177 commandes fermes pour le jet de 100 à 130 places et plusieurs autres devraient être annoncées cette semaine au Bourget, murmure-t-on.

L'industrie aérospatiale québécoise se classe au sixième rang mondial, derrière les États-Unis, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et le Japon.

Immense marché civil et militaire, le salon du Bourget, avec ses 1300 exposants et ses 130 000 visiteurs professionnels venus de 45 pays, est le premier rendez-vous mondial de l'industrie aérospatiale. L'enjeu est colossal : on estime que cette année seulement, les compagnies aériennes du monde dépenseront 100 milliards de dollars pour s'équiper ou renouveler leur flotte d'avions.