NOUVELLES
16/06/2013 06:15 EDT | Actualisé 16/08/2013 05:12 EDT

Construction : grève générale en vue

La menace de grève générale dès lundi dans l'industrie de la construction risque de se concrétiser.

Les parties patronale et syndicale poursuivent leurs pourparlers dans le secteur du génie civil, mais c'est l'impasse aux tables de négociation des secteurs résidentiel, institutionnel, commercial et industriel, qui ont quitté la table plus tôt ce week-end.

Si une grève générale illimitée est déclenchée dès lundi, les chantiers de construction seraient paralysés. La ministre du Travail, Agnès Maltais, a appelé samedi au sens des responsabilités et exhorté les parties à tout mettre en oeuvre pour en arriver à un règlement.

L'Association de la construction du Québec a indiqué samedi qu'elle ne fermait pas la porte à un retour aux négociations, mais du même coup, elle a demandé à l'Alliance syndicale de faire preuve de « maturité ». Elle dénonce l'intransigeance des syndicats et leur manque d'ouverture face aux nouvelles offres faites au cours des deux derniers jours.

Du côté de l'Alliance syndicale, on se dit prêt à reprendre les discussions, mais seulement si de nouvelles offres « raisonnables » sont soumises par la partie patronale. Le porte-parole Yves Ouellet assure que les travailleurs ne veulent pas aller en grève, mais qu'ils n'auront pas le choix si la partie adverse demeure sur ses positions.

Selon le syndicat des travailleurs, l'ACQ leur réclame d'abandonner des acquis sur les horaires, le taux des heures supplémentaires ainsi que la réduction des coûts lors d'une sixième journée de travail. L'Alliance réclame en outre des augmentations de salaire de 3,0 % la première année, et de 2,75 % pour les deux années suivantes.

Les syndicats ont fait parvenir leur préavis de grève au ministère du Travail et aux associations patronales, vendredi, afin d'avoir le champ libre pour débrayer en toute légalité, lundi.