NOUVELLES
14/06/2013 02:05 EDT | Actualisé 14/08/2013 05:12 EDT

Syrie: Susan Rice minimise l'éventualité d'une zone d'exclusion aérienne

Une zone d'exclusion aérienne en Syrie présenterait des "inconvénients et des limites", a souligné vendredi l'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice.

La Maison Blanche a décidé d'accroître son aide à l'opposition syrienne car le président Bachar al-Assad a "clairement franchi une ligne rouge" en utilisant des armes chimiques dans le conflit, a-t-elle déclaré à la presse.

Selon les médias américains, les responsables militaires américains ont proposé au gouvernement de mettre en place une petite zone d'exclusion aérienne qui couvrirait les camps d'entraînement des combattants de l'opposition.

Interrogée à ce propos, Mme Rice a répondu que "cette option a des inconvénients et des limites dont nous sommes tout à fait conscients et nous en tiendrons compte dans notre décision".

"Nous n'excluons aucune option mais pour l'instant aucune décision n'a été prise", a ajouté Mme Rice, qui doit quitter dans les prochains jours son poste d'ambassadrice pour devenir la conseillère de sécurité nationale du président Barack Obama.

"Les mesures supplémentaires que nous prendrons dépendront (..) de ce qui fait progresser notre objectif d'une solution politique négociée et de ce qui est conforme aux intérêts américains", a-t-elle indiqué.

Elle a également précisé que Washington n'avait aucune information "fiable" sur l'utilisation d'armes chimiques par l'opposition syrienne.

tw/avz/sam