NOUVELLES
14/06/2013 01:54 EDT | Actualisé 14/08/2013 05:12 EDT

Dan Hawkins estime avoir bien relevé le défi à son premier match de la LCF

MONTRÉAL - Malgré le nombre de «recrues» au sein du personnel d'entraîneurs des Alouettes, le premier match préparatoire du club montréalais s'est déroulé rondement, estime l'entraîneur-chef Dan Hawkins.

L'Américain, qui a succédé à Marc Trestman cet hiver, mise surtout sur des adjoints qui, comme lui, en sont à leurs premières armes dans la LCF après avoir travaillé aux États-Unis. Ou encore, qui ont dirigé des équipes ailleurs au Canada mais en sont à leurs débuts à Montréal. Il y avait donc beaucoup de choses à apprivoiser sur les lignes de côté, jeudi, au stade Percival-Molson, lors de l'affrontement hors-concours contre les Tiger-Cats de Hamilton.

Mais les entraîneurs des Alouettes n'ont jamais été pris au dépourvu, selon Hawkins.

«Vous savez comment sont les entraîneurs. Ils réfléchissent 8000 fois à chacun des aspects à régler, a déclaré Hawkins après la défaite des siens, jeudi. Les dirigeants et les entraîneurs, nous nous parlons constamment à tous les jours en nous attardant à toutes sortes de détails.

«Il y a quand même des imprévus qui peuvent survenir, mais j'ai trouvé que notre communication pendant le match était bonne.»

Tout s'est donc bien passé, et tout se passera encore mieux lors du prochain match, a laissé entendre Hawkins.

«Nous sommes tous constamment en mode d'apprentissage afin de continuer à chercher à nous améliorer, a-t-il souligné. Aux chapitres de la communication avec les entraîneurs et de notre efficacité à envoyer les bons joueurs sur le terrain, j'ai adoré comment ça s'est déroulé (face aux Ticats) compte tenu du nombre important de joueurs que nous avions.

«L'appel des jeux a été excellent et la fluidité avec laquelle nous faisions ce que nous avions à faire était très bonne, a ajouté Hawkins. C'est sûr que nous pouvons faire mieux, mais il y avait plusieurs aspects à surveiller sur le plan organisationnel, compte tenu que nous étions plusieurs (joueurs et entraîneurs) à nous retrouver pour la première fois dans un pays différent, où la langue est différente, et dans une ligue différente. Nous avons bien composé avec ça.»

Anthony Calvillo était d'accord.

«Ça s'est bien passé, a dit le vétéran quart du travail de Hawkins, jeudi. Tout était fait de la façon dont il voulait que ça se déroule. C'est bon signe. C'est un bon début.»

Hawkins a dit n'avoir ressenti aucune nervosité même s'il se retrouvait un peu face à l'inconnu.

«J'étais surtout concentré, je repassais dans ma tête les schémas de substitutions et comment nous voulions gérer les choses — c'était ma plus grande préoccupation», a-t-il dit, en notant qu'il a ressenti une bonne dose d'adrénaline en se présentant au stade Percival-Molson dans les heures précédant la rencontre.

«Tu as beau avoir dirigé des équipes pendant 70 ans, si tu ne ressens pas une certaine fébrilité quand tu te présentes au stade, c'est que tu es probablement mort. Cet aspect-là revient toujours rapidement.

«Quand cette sensation-là te quitte, alors il est probablement temps que tu quittes le football», a-t-il par ailleurs fait remarquer.

Les Alouettes disputeront un deuxième et dernier match préparatoire, jeudi prochain, à Toronto, face aux Argonauts. Leur première rencontre du calendrier régulier suivra le jeudi suivant, à Winnipeg, contre les Blue Bombers.