POLITIQUE
14/06/2013 10:35 EDT | Actualisé 14/08/2013 05:12 EDT

Bilan de fin de session des partis d'opposition à l'Assemblée nationale

PC

Cible des critiques de la Coalition avenir Québec plus tôt en matinée, le Parti libéral du Québec a tiré à boulets rouges sur le gouvernement du Parti québécois, vendredi, lors de son bilan de fin de session à l'Assemblée nationale du Québec.

En l'absence du chef du PLQ, Philippe Couillard, qui avait fait son propre bilan mercredi, le chef de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Fournier, s'est contenté de critiquer le PQ sans apporter de solutions ou d'idées concrètes au moulin politique. Le parti se trouve en transition, alors que M. Couillard travaille à l'élaboration de son programme. Le chef libéral avait un engagement à la Chambre de commerce de Montréal, vendredi.

M. Fournier s'est donc contenté de dénoncer le manque de vision, les hésitations et le manque de leadership du gouvernement de Pauline Marois.

Le gouvernement ne fait que procéder à des compressions budgétaires pendant que l'économie recule, a déclaré M. Fournier, tout en soulignant que Mme Marois continue de dire que tout va bien dans le meilleur des mondes. Il avance que le Québec a perdu près de 2000 emplois depuis le début de 2013.

« Le manque de vision et de direction du PQ saute aux yeux. L'à-peu-près, l'incohérence, les contradictions paralysent l'action que devrait mener le gouvernement. » — Jean-Marc Fournier

M. Fournier estime que le PQ navigue à vue et improvise dans tous les dossiers, ce qui explique les valses-hésitations et les reculs du gouvernement sur plusieurs sujets comme la taxe santé et l'instauration de nouveaux paliers d'imposition. M. Fournier estime que ces incohérences expliquent les difficultés de l'économie québécoise.

Quant aux attaques de la CAQ selon lesquelles M. Couillard est en « hibernation », M. Fournier soutient que le nouveau chef du parti travaille à l'élaboration d'un plan pour le Québec afin de proposer une alternative aux Québécois lors des prochaines élections. Il estime que le PLQ sera ainsi en mesure d'offrir la cohésion qui fait défaut au PQ.

Bilan de la CAQ

Plus tôt, François Legault a présenté le bilan de fin de session de la CAQ. Il a insisté sur le fait que l'écart de richesse entre le Québec et le reste du Canada prend des proportions gênantes.

Selon le chef de la CAQ, qui s'adressait aux journalistes entouré de ses députés, les performances du gouvernement Marois en matière d'économie ont été plus que discutables depuis son élection.

François Legault s'inquiète particulièrement de l'écart de richesse entre le Québec et le reste du pays, qui est passé de 17 % à 23 % au cours des 10 dernières années.

Une situation qui oblige, selon lui, le Québec à percevoir plus de 7 milliards de dollars par année d'aide financière des autres provinces via la péréquation. Cette situation est « inacceptable » et « gênante » pour le Québec, a-t-il déploré.

Le chef de la CAQ a aussi souligné la piètre performance du gouvernement Marois en matière de création d'emplois. Alors que 80 000 nouveaux emplois ont été créés au Canada depuis le début de 2013, le Québec en a quant à lui perdu 1600, a fait remarquer François Legault.

Il a du même souffle déploré l'inaction et le manque de leadership du gouvernement Marois dans le secteur des ressources minières.

Quelques bons coups

Mais le chef de la CAQ n'avait pas que des critiques à adresser au gouvernement Marois. Il a par ailleurs salué le dépôt des projets de loi sur les élections à date fixe, adopté vendredi, ainsi que le projet de loi sur les soins en fin de vie.

Selon François Legault, son parti s'est particulièrement illustré lors de la dernière session en présentant le projet Saint-Laurent qui vise à injecter 600 millions de dollars chaque année dans la recherche universitaire au Québec.

La défense de l'intégrité et la lutte que préconise son parti contre le gaspillage et la bureaucratie abusive, dans le but de réduire les taxes et les impôts, ont été les principaux chevaux de bataille du parti.

« Je pense que l'on est le seul parti, et de loin, qui défend les contribuables. » — François Legault, chef de la Coalition avenir Québec

Philippe Couillard « dort au volant »

Mais il n'y en avait pas que pour les péquistes dans le bilan de la CAQ. François Legault en a également profité pour tirer quelques flèches bien senties au chef libéral Philippe Couillard, qu'il a accusé d'être en panne d'idée et de « dormir au volant ». Il s'agissait d'un clin d'oeil à l'ancien chef libéral, Jean Charest, qui affirmait avoir les deux mains sur le volant.

INOLTRE SU HUFFPOST

Photo Gallery
Le meilleur et le pire du gouvernement Marois
See Gallery