NOUVELLES
13/06/2013 04:30 EDT | Actualisé 13/08/2013 05:12 EDT

Wall Street portée par des signes d'amélioration de l'économie américaine

Wall Street a terminé en nette hausse jeudi, encouragée par des statistiques de bon augure pour la croissance américaine qui ont apaisé les craintes sur un éventuel ralentissement du soutien de la Banque centrale américaine (Fed): le Dow Jones a gagné 1,21% et le Nasdaq 1,32%.

Selon des résultats définitifs, le Dow Jones Industrial Average s'est apprécié de 180,85 points à 15.176,08 points. Il met ainsi fin à une série de trois séances de baisse consécutive.

Le Nasdaq, à dominante technologique, a avancé de 44,94 points à 3.445,37 points, et l'indice élargi Standard & Poor's 500 de 1,48%, ou 23,84 points, à 1.636,36 points.

"En début de séance, on pensait qu'on allait avoir une mauvaise journée étant donné ce qui s'était passé sur les autres marchés, notamment au Japon (où la Bourse a chuté de plus de 6%, ndlr), et la révision à la baisse par la Banque mondiale de sa prévision de croissance mondiale pour 2013", a remarqué le gestionnaire de portefeuille indépendant Hugh Johnson.

"Mais le vent a tourné quand ont été publiés des indicateurs bien meilleurs que prévu sur l'économie américaine", a-t-il ajouté.

Les nouvelles inscriptions au chômage ont reculé au cours de la première semaine de juin, approchant leur plus bas niveau en cinq ans qui avait été atteint début mai.

Et les ventes au détail ont affiché un solide rebond en mai, dépassant nettement les attentes des analystes et rassurant les acteurs du marché sur la solidité de la consommation, moteur traditionnel de la croissance américaine.

"Après deux jours de fortes pertes, cela a apporté aux investisseurs du courage pour revenir sur le marché", a relevé M. Johnson.

De plus, "le simple fait d'être parvenu à résister à la tendance baissière observée sur les marchés étrangers" a conforté le regain de vigueur des indices, a remarqué Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

Ces signes positifs ont permis de reléguer au second plan les craintes des investisseurs de voir les banques centrales, et en premier lieu la Fed, réduire leurs programmes destinés à soutenir la croissance économique.

Le Comité de politique monétaire de l'institution américaine doit se réunir mardi et mercredi prochains pour décider ou non de poursuivre en l'état sa politique ultra-accommodante. Son président Ben Bernanke avait indiqué fin mai qu'un ralentissement des injections financières pourrait intervenir "au cours des prochaines réunions".

Le marché obligataire a terminé en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 2,174% contre 2,230% mercredi soir, et celui à 30 ans à 3,326% contre 3,375% la veille.

jum/jt/rap