NOUVELLES
13/06/2013 04:30 EDT | Actualisé 12/08/2013 05:12 EDT

Les États-Unis restituent des documents historiques à Moscou

Les États-Unis ont restitué à la Russie une centaine de documents historiques qui avaient disparu au moment de l'effondrement de l'Union soviétique. Parmi ces documents se trouvent des manuscrits de l'impératrice Catherine ll, du dernier tsar Nicolas II et du compositeur Piotr Tchaïkovski. 

Ces pièces historiques avaient été illégalement sorties de Russie au début des années 1990, certaines à partir du port de Saint-Pétersbourg, l'ancienne capitale impériale. Elles ont été retrouvées dans des ventes aux enchères aux États-Unis, à New York, Chicago et Atlanta.

« Il faut se rappeler ce qu'étaient les années 1990 en Russie. Un État venait de disparaître et un autre essayait de se mettre en place. Sans l'enquête qui a été menée, aucun de ces documents ne serait revenu en Russie », a déclaré jeudi le directeur des Archives nationales russes, Andreï Artizov.

Il a précisé que les autorités russes et américaines avaient travaillé ensemble pendant six ans pour récupérer ces pièces.

Deux dossiers criminels ont été ouverts pour retrouver les coupables, dont l'un a été identifié et vit actuellement en Israël, a-t-il ajouté.

Les États-Unis ont déjà remis des documents similaires à la Russie, notamment en 2010 (photo ci-dessus).

Par ailleurs, une partie de la « bibliothèque Schneerson » a été versée jeudi dans les collections d'un musée moscovite, le « Musée juif et centre de tolérance. » Cette bibliothèque comprend des milliers de livres et de manuscrits sur la religion juive, que la Russie refusait de remettre aux juifs Loubavitch de New York.

À cette occasion, le président russe Vladimir Poutine a souhaité que cette initiative mette fin « une fois pour toutes » à la polémique avec les États-Unis sur ce dossier. Parmi les 4425 ouvrages qui seront conservés au Musée juif figurent des exemplaires uniques de la Torah et du Talmud, annotés par d'anciens dirigeants de la communauté hassidique Habad-Loubavitch.

Reuters