NOUVELLES
13/06/2013 05:16 EDT | Actualisé 13/08/2013 05:12 EDT

Le régime syrien a franchi la «ligne rouge» établie par le président Obama

WASHINGTON - Les États-Unis disposent de preuves concluantes montrant que le régime syrien a utilisé des armes chimiques contre les rebelles qui cherchent à le renverser, franchissant la «ligne rouge» établie par le président Barack Obama, a annoncé la Maison-Blanche jeudi.

Des responsables ont indiqué que le président étudiait différentes options politiques et militaires, mais on ne sait pas quand des actions seront entreprises, ni ce qu'elles impliqueront.

«Nous sommes préparés à plusieurs éventualités en Syrie», a déclaré Ben Rhodes, conseiller adjoint à la sécurité nationale de M. Obama. «Nous allons prendre des décisions sur les actions à entreprendre selon notre propre échéancier.»

La Maison-Blanche affirme que le régime de Bachar el-Assad a eu recours à des armes chimiques, notamment du gaz sarin, à petite échelle mais à de multiples reprises depuis un an. Jusqu'à 150 personnes auraient été tuées dans ces attaques, estime la Maison-Blanche.

L'administration Obama avait affirmé en avril qu'elle soupçonnait l'utilisation de gaz sarin en Syrie. Mais à l'époque, les autorités américaines n'étaient pas en mesure de déterminer quel camp en était responsable.

La Maison-Blanche a confirmé l'utilisation d'armes chimiques en Syrie grâce aux preuves transmises par la France.

Les gouvernements français et britannique avaient annoncé la semaine dernière qu'ils avaient récolté des preuves de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie.

Le président Barack Obama a plusieurs fois déclaré que l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien était une «ligne rouge» qui pourrait changer la politique des États-Unis face à ce conflit. Jusqu'à maintenant, le gouvernement américain s'est contenté de fournir une assistance non létale et de l'aide humanitaire aux opposants syriens.

La Maison-Blanche a indiqué que les membres du Congrès avaient été informés de la situation, de même que les alliés internationaux des États-Unis.

Le président Obama abordera la question des armes chimiques et la situation générale en Syrie la semaine prochaine lors du sommet du G8 en Irlande du Nord.

M. Obama devrait également faire pression sur le président russe, l'un des plus puissants alliés du régime syrien, pour qu'il cesse d'appuyer le gouvernement de Bachar el-Assad.

«Nous pensons que la Russie et tous les membres de la communauté internationale devraient être préoccupés par l'utilisation d'armes chimiques» en Syrie, a déclaré M. Rhodes.