NOUVELLES
13/06/2013 04:10 EDT | Actualisé 13/08/2013 05:12 EDT

Canada: rebondissement du scandale impliquant un proche du Premier ministre

Le scandale impliquant l'ex-chef de cabinet du Premier ministre canadien Stephen Harper a pris une autre dimension jeudi avec l'ouverture d'une enquête policière pour vérifier si ce responsable, qui a démissionné depuis, avait commis un délit en aidant un sénateur indélicat.

Nigel Wright, très proche collaborateur du chef du gouvernement, avait signé un chèque de 90.000 dollars pour permettre au sénateur Mike Duffy de rembourser rapidement des notes de frais injustifiées et tenter de mettre fin ainsi à un scandale qui ne cessait de grandir.

"La Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) poursuit une enquête pour déterminer si un acte criminel a été commis", a indiqué une porte-parole, Lucy Shorey, dans un courriel à l'AFP, précisant que "des accusations ne seront formulées que si les preuves réunies sont suffisantes pour le faire".

L'information sur l'ouverture d'une enquête criminelle a été donnée d'abord par la commissaire à l'éthique Mary Dawson, parce que sa propre enquête sur l'affaire a dû être suspendue à la suite de ce développement.

Selon Mme Dawson, citée par la chaîne publique CBC, la GRC doit déterminer si l'aide apportée par M. Wright au sénateur constituait une infraction à la Loi sur le Parlement. L'enquête de la commissaire, elle, portait sur un éventuel conflit d'intérêts entre la fonction de M. Wright et son don.

Selon les services du Premier ministre, le chèque pour M. Duffy avait été tiré sur le compte personnel de M. Wright et ce dernier a affirmé n'avoir pas consulté M. Harper au sujet de ce "don". Le Premier ministre a lui aussi assuré n'avoir été au courant de rien.

L'opposition avait émis des doutes à ce sujet, M. Harper ayant la réputation de suivre de très près toutes les affaires de son parti.

C'est le Nouveau parti démocratique (gauche), principale formation d'opposition, qui avait aussitôt demandé à la police fédérale d'enquêter sur la légalité de cette opération.

via/jl/sam