NOUVELLES
12/06/2013 04:30 EDT | Actualisé 12/08/2013 05:12 EDT

Wall Street finit en net recul, dans un marché ébranlé par la Fed et le yen

Wall Street a terminé en nette baisse mercredi, dans un marché très volatil, alors que les investisseurs s'interrogent sur les politiques des banques centrales, la forte remontée du yen ou celle des taux d'intérêts: le Dow Jones a cédé 0,84% et le Nasdaq 1,06%.

Selon des résultats définitifs, le Dow Jones Industrial Average a perdu 126,79 points à 14.995,23 points. C'est la première fois depuis le début de l'année qu'il termine dans le rouge sur trois séances consécutives.

Le Nasdaq, à dominante technologique, a reculé de 36,52 points à 3.400,43 points et l'indice Standard & Poor's 500 de 0,84% ou 13,61 points à 1.612,52 points.

Les indices avaient pourtant démarré la séance en territoire positif avant de battre en retraite lentement mais sûrement.

Parmi les causes de ce coup de froid: les investisseurs s'interrogent de plus en plus sur la pérennité des mesures de soutien à l'économie apportées par les banques centrales, en premier lieu la Réserve fédérale américaine (Fed).

Ces institutions "parviennent à brouiller leur stratégie de communication juste assez pour laisser tout le monde essayer de deviner ce qui va se passer par la suite", a relevé Patrick O'Hare de Briefing.com.

"Il semblerait que les banques centrales soient à un tournant, leurs largesses sans limites vont peut-être être remplacées par des largesses un peu plus limitées", a-t-il remarqué.

Mais pour Gregori Volokhine de Meschaert New York, le marché action est aussi "la victime collatérale" de mouvements sur d'autres marchés ayant surpris des investisseurs.

"On observe une remontée du yen que personne n'avait vu venir", a-t-il expliqué.

"Les taux d'intérêts, après avoir hésité tout au long de la journée, sont de nouveau montés à un niveau élevé", a-t-il ajouté.

Le rendement du taux d'intérêt à 10 ans a de fait grimpé à 2,230% contre 2,195% mardi soir, et celui à 30 ans à 3,375% contre 3,334% la veille, leur plus haut niveau depuis début avril 2012. Ils connaissent une remontée particulièrement "rapide" depuis début mai.

"Et personne n'aurait pensé il y a un mois que le dollar se retrouverait en difficultés face à l'euro", a remarqué M. Volokhine.

"Les acteurs du marché ont été pris à contre-pied sur ces trois piliers d'investissement et certains fonds doivent dégager des liquidités pour couvrir leurs pertes, qu'ils vont chercher sur le marché action", a-t-il expliqué.

jum/soe/rap