NOUVELLES
12/06/2013 06:21 EDT | Actualisé 12/08/2013 05:12 EDT

Prolongement du métro : pour 2025, 2040?

Les citoyens de la région de Montréal qui espéraient un prolongement rapide de trois lignes de métro pourraient attendre jusqu'à 30 ans avant que l'ensemble du projet ne soit réalisé.

Une texte de Benoît Chapdelaine

L'Agence métropolitaine de transport (AMT) invoque entre autres des questions de coûts pour ne pas réaliser simultanément les trois projets.

L'AMT a remis récemment à Québec une proposition détaillée de prolongement des lignes de métro à Montréal, Laval et Longueuil, en identifiant quel projet doit être prioritaire. Le PDG de l'Agence, Nicolas Girard, affirme que tout ne sera certainement pas complété vers 2025, mais plutôt vers 2040. « Nous, on pense qu'il faut plus recadrer ça sur une période de 25, 30 ans parce qu'on n'a pas les ressources financières, techniques et humaines pour faire ça sur une période de 10 ans ».

Le ministre des Affaires municipales et des Transports, Sylvain Gaudreault, a déjà indiqué que Québec appuyait en priorité le prolongement de la ligne bleue de Saint-Michel vers Anjou.

Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, est d'accord pour retarder le prolongement des lignes de métro à Laval et à Longueuil, mais insiste pour que celui à Montréal se réalise rapidement.

« Ce qu'on reconnaît aujourd'hui, c'est la volonté du gouvernement d'annoncer des projets réalistes, avec un budget réaliste, dans des délais qui vont être maintenus. Le cas du métro, on commence à avoir l'heure juste, il était temps. La ligne bleue doit être prioritaire, il y a énormément de gens qui vont être desservis par cette ligne, au moins jusqu'à Pie-IX. Ça doit se faire très rapidement, et je pense que le gouvernement nous a entendus là-dessus ».

Pour financer les travaux des nouvelles gares ou stations de métro, l'AMT envisage de prélever une forme de taxe sur les développements immobiliers qui suivent inévitablement leur arrivée.