NOUVELLES
12/06/2013 04:27 EDT | Actualisé 12/08/2013 05:12 EDT

Les Vanderhook espèrent relancer Myspace dans la même veine d'aide à la création

NASHVILLE, États-Unis - Tim et Chris Vanderhook estiment avoir ravivé et amélioré la recette du succès de Myspace, alors que le premier titan des médias sociaux dont l'étoile a pâli tente sa plus récente résurrection.

Les Vanderhook ont dévoilé mercredi le nouveau Myspace.com, site de divertissement mariant réseautage social et musique en continu. Le site comprend une application radio et de nouveaux éléments visant à aider les musiciens, auteurs et autres artistes à entretenir les liens avec leurs abonnés.

«Nous discutons avec beaucoup d'artistes, et ils disent tous utiliser toutes sortes de plateformes, sans qu'aucune ne comble tous leurs besoins. Ce dont ils ont vraiment besoin, nous ont-ils expliqué, est un chez-soi», a fait valoir Tim Vanderhook.

Le lancement survient près de deux ans après que les propriétaires californiens de Specific Media se soient alliés à Justin Timberlake pour acheter le site en difficulté pour 35 millions $, une fraction des 560 millions $ qu'avaient versé News Corp. en 2005.

Les Vanderhook estiment que les précédents dirigeants avaient fait une erreur en tentant de concurrencer la force émergeante Facebook. À son sommet, selon eux, Myspace était propulsé par un sens de la découverte et du partage.

Les groupes, par exemple, y diffusaient des chansons, les dates de tournée et des blogues pour les admirateurs. Il s'agissait d'une approche directe qui donnait aux usagers la première véritable démonstration des possibilités des médias sociaux.

«Tout le monde avait beaucoup de plaisir sur Myspace à un certain moment, a évoqué Chris Vanderhook. C'est juste que (les dirigeants) n'ont pas suivi le rythme des changements technologiques et des habitudes.»

Le site revu et corrigé est néanmoins lancé dans une période de concurrence particulièrement forte, avec le démarrage par Apple de la iRadio cette semaine et d'autres joueurs établis comme Google plongeant dans la diffusion en flux.

Les Vanderhook affirment que le site compte encore 27 millions d'usagers aux États-Unis et environ le double ailleurs dans le monde.