NOUVELLES
12/06/2013 01:19 EDT | Actualisé 12/08/2013 05:12 EDT

Début du procès de l'ex-parrain de la mafia James "Whitey" Bulger à Boston

Le procès très attendu de l'ancien parrain de la mafia irlandaise, James "Whitey" Bulger, s'est ouvert mercredi à Boston (nord-est des Etats-Unis), avec la description brutale de ses meurtres par l'accusation, alors que la défense répétait qu'il n'avait "jamais été un informateur du FBI".

Bulger, 83 ans, arrêté en juin 2011 après une cavale de 16 ans, est accusé de 19 meurtres, mais aussi d'extorsion, blanchiment d'argent et trafic d'armes. Son rôle présumé d'informateur du FBI pendant des années met la police fédérale dans une position particulièrement inconfortable.

Ce procès est celui "du crime organisé, de la corruption publique et de toutes sortes d'activités illégales", a déclaré mercredi le procureur Brian Kelly, dénonçant "un groupe de criminels fous furieux qui ont sévi pendant 30 ans" à Boston (Massachusetts), avec "au centre, un homme", Bulger.

Détails sordides à l'appui, le procureur a décrit un parrain de la pègre qui n'hésitait pas lui-même à faire "le sale travail", étranglant, ou tuant par balles ceux qu'il considérait comme des rivaux, informateurs ou témoins gênants, parfois délestés de dizaines de milliers de dollars avant de mourir.

Et il ajouté qu'il était devenu informateur du FBI pour protéger ses affaires.

J.W. Carney, pour la défense, a ensuite pris la parole, cherchant à semer le doute sur les meurtres imputés à Bulger, et sur la crédibilité de certains témoins de l'accusation.

Mais il a surtout évoqué le lien particulier de Bulger avec le FBI, et notamment un agent depuis retraité, John Connolly, qui était selon lui à l'époque "le golden boy" du FBI, et auquel Bulger aurait versé des dizaines de milliers de dollars.

"Bulger n'a jamais été un informateur", a-t-il répété à plusieurs reprises.

Un total de 32 chefs d'inculpation sont retenus contre Bulger.

Le procès, présidée par la juge Denise Casper, pourrait durer jusqu'en septembre.

str-bd/are