NOUVELLES
11/06/2013 02:14 EDT | Actualisé 11/08/2013 05:12 EDT

Les députés russes adoptent une loi contre la sexualité «non traditionnelle»

MOSCOU - Un projet de loi qui stigmatise les personnes homosexuelles et interdit de transmettre aux enfants toute information sur l'homosexualité a été adopté par une écrasante majorité mardi à la chambre basse du Parlement russe.

Quelques heures avant le vote, une vingtaine de manifestants ont été attaqués par des militants anti-homosexualité, avant d'être arrêtés par la police.

La Douma a adopté le projet de loi soutenu par le Kremlin à 436 voix contre 0, avec une abstention.

La loi interdisant «la propagande sur les relations sexuelles non traditionnelles» doit encore être approuvée par la chambre haute et promulguée par le président Vladimir Poutine, mais le texte devrait franchir ces étapes sans obstacles.

La loi s'inscrit dans une volonté de promouvoir les valeurs russes traditionnelles plutôt que le libéralisme à l'occidentale qui, selon le Kremlin et l'Église orthodoxe russe, corrompt la jeunesse et contribue aux manifestations contre le règne de M. Poutine.

Le seul membre du Parlement à s'être abstenu est Ilya Ponomarev, qui a soutenu les manifestants anti-Poutine même s'il appartient à un parti pro-Kremlin.

Bien que la Russie ait décriminalisé l'homosexualité en 1993, de nombreux politiciens et membres de l'élite religieuse y sont hostiles. Des députés ont déjà accusé les gais de faire diminuer le taux de natalité déjà faible du pays, affirmant qu'ils devraient être bannis des emplois gouvernementaux, subir de force un traitement médical ou être envoyés en exil.

Le projet de loi prévoit de lourdes amendes pour ceux qui fournissent aux mineurs des informations sur la communauté gaie, lesbienne, bisexuelle et transgenre ou ceux qui organisent des rassemblements de la fierté gaie. Les amendes vont de 5000 roubles (156$) pour un individu à un million de roubles (31 000 $) pour les entreprises, incluant les organisations médiatiques.

Les citoyens étrangers arrêtés en vertu de cette nouvelle loi pourront être déportés ou détenus pendant une période pouvant aller jusqu'à 15 jours, avant d'être déportés.

La Douma a également adopté un autre projet de loi qui fait de l'insulte au sentiment religieux un crime passible de trois ans de prison. Le texte, qui a été adopté par 308 voix contre 2, a été présenté l'an dernier, après que trois membres du groupe punk féministe Pussy Riot eurent été reconnues coupables de «hooliganisme motivé par la haine religieuse» lors d'une manifestation improvisée dans la principale cathédrale de Moscou.

Avant le vote sur la loi anti-gais, des militants des droits de la personnes ont tenté d'organiser un «rassemblement de baisers» devant le siège de la Douma, près de la place Rouge de Moscou, mais ils ont été attaqués par des centaines de chrétiens orthodoxes et des membres des groupes de jeunes pro-Kremlin. Les assaillants ont lancé des oeufs et crié des obscénités et des insultes homophobes.

La police antiémeute est ensuite arrivée, arrêtant plus d'une vingtaine de manifestants, en grande majorité des défenseurs des droits des homosexuels. Certains militants qui n'ont pas été arrêtés ont été battus par des hommes masqués dans une autre rue du centre de Moscou.