NOUVELLES
10/06/2013 06:04 EDT | Actualisé 10/08/2013 05:12 EDT

Le vérificateur général tâchera de mettre de l'ordre au Sénat

OTTAWA - Un an et plusieurs scandales plus tard, le vérificateur général Michael Ferguson retourne au Sénat.

M. Ferguson devrait rencontrer mardi le comité de régie interne, qui supervise l'administration financière de la Chambre haute.

Cette réunion survient une semaine après que le Sénat eut voté pour demander à M. Ferguson de réaliser un examen détaillé de ses dépenses.

La Chambre haute est ébranlée par les scandales depuis des mois à propos des réclamations de logement irrégulières, ainsi que des dépenses de voyage engrangées par les sénateurs Mike Duffy, Pamela Wallin, Patrick Brazeau et Mac Harb.

Plusieurs problèmes transparaissaient déjà dans un rapport publié par M. Ferguson, il y a approximativement un an.

Dans ce rapport, le vérificateur général a découvert des failles dans les documents servant à déterminer si des sénateurs avaient correctement réclamé des allocations de résidence, ou pour vérifier la normalité de réclamations pour des frais d'hébergement et de voyage, ainsi que d'autres notes de frais.

Le chef libéral Justin Trudeau désire par ailleurs que M. Ferguson enquête sur l'autre chambre parlementaire. Il tentera mardi d'obtenir le consentement unanime des Communes pour une série de motions destinées à faire la lumière sur la façon dont les députés dépensent l'argent des contribuables. M. Trudeau désire, entre autres choses, que le vérificateur général mène des examens réguliers de l'efficacité de l'administration des Communes.

Ses motions nécessiteraient également que les députés publient en ligne les informations sur leurs dépenses de voyage et d'hébergement, en plus de rapports sur les budgets de leurs bureaux.

M. Trudeau subissait cependant lui-même le feu des critiques, lundi, à propos d'une entrevue donnée cette fin de semaine, lors de laquelle il a indiqué qu'il réintègrerait le sénateur Mac Harb dans le caucus libéral s'il règle la question de ses réclamations de logement.

M. Harb s'est vu ordonner de rembourser 51 000 $ au Sénat pour avoir erronément réclamé des frais de logement pour une supposée résidence secondaire à Ottawa, où il vivait depuis des décennies et où il avait été député.

Sur les ondes de la chaîne Global, M. Trudeau a affirmé que les cas des sénateurs Harb et Brazeau relevaient de l'erreur de bonne foi, au contraire des cas de M. Duffy et Mme Wallin.

Le ministre du Patrimoine James Moore n'a pas mâché ses mots pour s'en prendre au chef libéral; parlant de M. Harb, il a déclaré «le bâtiment du Sénat se trouve physiquement dans son district, mais il a réclamé 50 000 $ en allocations pour venir y travailler».

PLUS:pc