NOUVELLES
09/06/2013 02:26 EDT | Actualisé 08/08/2013 05:12 EDT

Des médecins québécois exigent l'abolition de frais accessoires

Les Médecins québécois pour le régime public (MQRP) exigent l'abolition des frais accessoires facturés aux patients dans le système de santé du Québec.

« Parce que payer de sa santé n'a rien d'accessoire » est le slogan de leur campagne d'information et de mobilisation lancée dimanche.

L'organisation réclame des actions concertées de la part du gouvernement, des fédérations médicales et du Collège des médecins pour régler définitivement la question.

Elle juge que ces frais sont souvent abusifs et parfois même illégaux. Ils constituent une barrière inacceptable à l'accès aux soins, notamment pour les plus démunis, explique l'association dans un communiqué.

« Quand c'est devenu presque normal de payer pour un formulaire, une prise de sang ou une injection, les gens n'arrivent plus à faire la différence entre ce qui est facturable et ce qui ne devrait pas l'être », font remarquer les médecins de MQRP.

Le web comme plateforme

Les MQRP mettent en place un outil d'information sur le sujet : un tableau récapitulatif des frais illégaux, qui sera disponible sur leur site Internet. L'outil vise ainsi à permettre aux patients de savoir plus facilement quels sont les services de santé assurés par le Régime d'assurance maladie et ceux pour lesquels les médecins peuvent légitimement imposer des frais.

Les patients, en général, connaissent mal leurs droits. Ils sont « vulnérables » et « pris en otage », estiment les médecins. « Il est difficile pour eux de refuser de payer, surtout quand on leur présente cela comme inévitable, sans plus d'information. »

Pour le regroupement, il faut aussi faciliter le processus de plainte et appliquer les sanctions nécessaires, lorsque c'est indiqué.

Ils précisent que les recours légaux prennent du temps, sont complexes et non confidentiels, ils découragent beaucoup de gens, d'où la nécessité de rendre ces outils accessibles par Internet.

Une initiative qui ne fait pas l'unanimité

La Fédération des médecins spécialistes du Québec n'a pas tardé à réagir en qualifiant les MQRP d'une association qui regroupe « un très petit nombre de médecins ». « Ses positions nous apparaissent pour le moins dogmatiques », affirme son président Gaétan Barrette, par voie de communiqué.

Pour le Dr Barrette, les frais accessoires s'expliquent par « l'indécision gouvernementale concernant la couverture adéquate des coûts opérationnels pour dispenser les services médicaux ».