NOUVELLES
08/06/2013 09:29 EDT | Actualisé 08/08/2013 05:12 EDT

Faut-il des boîtes noires dans les trains?

Transports Canada presse les transporteurs ferroviaires d'installer des appareils d'enregistrement audio et vidéo dans leurs locomotives afin d'aider les enquêtes en cas d'accident.

Le ministère a publié vendredi une étude qui demande à ces entreprises d'installer lesdits appareils volontairement, au coût approximatif de 10 000 $ par locomotive.

La question a été soulevée dans la foulée d'un déraillement de train meurtrier survenu l'an dernier à Burlington, en Ontario.

Un train de Via circulait à près de 108 km/h le 26 février 2012 lorsqu'il a déraillé à l'ouest de Toronto, tuant trois ingénieurs et blessant 45 personnes (44 passagers et un employé). Le Bureau de la sécurité des transports du Canada a annoncé la publication d'un rapport mardi à ce sujet.

Le Bureau de la sécurité des transports annoncera mardi les résultats de son enquête sur cet accident.

Installation volontaire

À la demande du ministre des Transports, Denis Lebel, le Conseil consultatif sur la sécurité ferroviaire a mis sur pied un groupe de travail regroupant des représentants des transporteurs, des syndicats et de Transports Canada pour s'attaquer aux inquiétudes liées à l'absence d'appareils d'enregistrement dans la cabine de la locomotive de Via. Cette dernière a d'ailleurs accepté de donner suite à la demande du ministère.

Les membres du groupe de travail divergent cependant d'avis sur la possibilité d'utiliser les enregistrements à d'autres fins.

Les patrons veulent utiliser les appareils pour s'assurer que les normes de sécurité sont respectées. Les syndiqués, eux, craignent qu'ils ne servent à imposer des mesures disciplinaires, et réclament que les enregistrements des trajets sans histoire soient effacés.

La mésentente entre les deux parties a contribué à la décision du groupe de travail selon laquelle l'installation des appareils devrait être volontaire.

La Presse Canadienne