Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Une étude conclut que le suicide pourrait être «contagieux» chez les ados

upset young blond man sitting...
upset young blond man sitting...

TORONTO - Une nouvelle étude conclut que les adolescents dont un camarade de classe s'est suicidé sont plus susceptibles de tenter aussi de s'enlever la vie.

Les chercheurs expliquent que l'effet de «suicide par contagion» peut perdurer pendant plus de deux ans.

L'étude a compilé des données de Statistique Canada de 1998-2007 concernant plus de 22 000 jeunes Canadiens de 12 à 17 ans.

On y apprend que c'est chez les enfants de 12 et 13 ans que le risque de suicide est plus élevé lorsqu'un de leurs camarades de classe s'est enlevé la vie. Ils sont alors cinq fois plus susceptibles d'avoir des pensées suicidaires, et 7,5 pour cent d'entre eux ont essayé de se suicider à leur tour.

Dans les mêmes circonstances, les adolescents de 14 et 15 ans étaient trois fois plus susceptibles de s'enlever la vie, alors que les probabilités étaient deux fois plus élevées chez les 16 et 17 ans.

Selon le chercheur principal, Ian Colman, de l'Université d'Ottawa, les résultats de l'étude suggèrent que les stratégies pour contrer le suicide par contagion devraient cibler non seulement les amis proches mais tous les élèves.

Dans le Journal de l'Association médicale canadienne, les chercheurs préviennent les directions d'écoles du risque élevé de nouveaux cas pendant au moins deux ans après le suicide d'un élève, et suggèrent de mettre en place un vaste plan d'intervention s'adressant à toute leur clientèle.

INOLTRE SU HUFFPOST

Comment trouver un bon thérapeute

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.