NOUVELLES
10/05/2013 09:28 EDT | Actualisé 10/07/2013 05:12 EDT

Syrie: des armes chimiques ont été utilisées, la ligne rouge a été franchie (Premier ministre turc)

La Syrie a utilisé des armes chimiques et a "franchi depuis longtemps" la ligne rouge fixée par les Etats-Unis, a estimé le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan dans un entretien à la chaîne de télévision américaine NBC News, diffusé jeudi soir.

"Il est clair que le régime (syrien) a utilisé des armes chimiques et des missiles", a déclaré M. Erdogan sans toutefois donner d'autres détails de lieu ou de date sur l'utilisation de ces armes.

"Elle a été franchie depuis longtemps", a ajouté le Premier ministre turc en parlant de la "ligne rouge" fixée par le président américain Barack Obama.

M. Erdogan a appelé les Etats-Unis à renforcer leur action contre le président syrien Bachar al-Assad. "Nous voulons que les Etats-Unis assument plus de responsabilités et s'engagent davantage. Nous allons discuter ensemble très prochainement des mesures qu'ils pourraient prendre", a encore dit le dirigeant turc, qui doit rencontrer Barack Obama jeudi prochain.

Recep Tayyip Erdogan a rapporté que des patients syriens, avec des symptômes prouvant qu'ils avaient été exposés à des armes chimiques, avaient traversé la frontière pour être soignés dans des hôpitaux turcs.

Des "restes de missiles" qui, selon le dirigeant turc, ont été utilisés lors de ce type d'attaque, ont également été retrouvés.

Dans le même temps le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a précisé à des journalistes que des examens sanguins avaient été effectués sur des réfugiés syriens pour voir si leurs blessures avaient pu être causées par des armes chimiques.

Il a précisé que des prélèvement effectués sur une douzaine de personnes requéraient "des examens approfondis" et que leur cas devait "être pris au sérieux". Les conclusions seront rendues publiques dès qu'elles auront été établies par les autorités sanitaires, a expliqué le ministre turc.

En revanche les dirigeants turcs ont souligné qu'ils n'avaient aucune preuve de l'utilisation d'armes chimiques par les rebelles.

La Turquie a rompu ses relations avec la Syrie après avoir exhorté à maintes reprises Damas à oeuvrer à un règlement négocié du conflit, qui fait rage depuis maintenant plus de deux ans et a fait plus de 70.000 morts.

Depuis, la Turquie s'est délibérément rangée au côté de l'opposition armée syrienne et a accueilli quelque 400.000 réfugiés ainsi que des déserteurs de l'armée de Bachar Al-Assad.

bur-jk/bdx/are