Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Oliver embauche une francophone pour apaiser les tensions

La Ville d'Oliver, en Colombie-Britannique, a embauché une agente francophone chargée d'appliquer les règlements municipaux, afin d'apaiser les tensions entre ses citoyens et les cueilleurs de fruits québécois.

Marie Roberge qui a grandi au Québec, mais vit à Oliver depuis 10 ans, est en poste depuis cette semaine. « Je crois que les résidents locaux n'arrivent pas à comprendre la vie des cueilleurs. Ils les jugent donc », note-t-elle.

Dans une lettre publiée par un journal local, une personne a écrit que les cueilleurs québécois « polluaient les plages avec du tabac, de la marijuana et du bruit ».

Près de 1000 résidents du Québec se rendent dans l'Okanagan chaque printemps et été pour y travailler, et certains d'entre eux affirment avoir été victimes de discrimination. « Les gens nous regardent comme si nous n'étions pas propres, parce que nous n'avons pas de douches. Ils nous disent : "trouvez-vous du boulot!" », témoigne Juan Cuevias.

Mme Roberge espère que son nouveau rôle aidera à changer les mentalités. « Je veux juste donner une meilleure image des Québécois à tout le monde dans la ville », dit-elle.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.