NOUVELLES
10/05/2013 12:18 EDT | Actualisé 10/07/2013 05:12 EDT

L'interdit de publication à l'enquête de Richard Bain est maintenu et étendu

MONTRÉAL - Le juge Pierre Labelle, de la Cour du Québec, a ordonné, vendredi, le maintien de l'ordonnance de non-publication à l'enquête préliminaire de Richard Bain.

De plus, le juge Labelle a étendu l'interdit de publication au-delà de ce qui lui avait été demandé par la Couronne la semaine dernière, afin de couvrir, en plus de la preuve, toute observation et information sur les procédures dans la salle d'audience.

Cette décision signifie que les médias ne peuvent plus rien rapporter du tout en marge de cette enquête préliminaire.

Richard Bain fait face à 16 chefs d'accusation, dont meurtre prémédité et tentative de meurtre. Le technicien de scène Denis Blanchette a été mortellement atteint par balles alors que son collègue Dave Courage a été grièvement blessé, le soir du 4 septembre dernier à l'extérieur du Métropolis, au moment même où Pauline Marois prononçait son discours de victoire à l'intérieur.

Le juge Labelle a également imposé un bâillon sur le contenu de sa décision, de sorte que les raisons justifiant l'interdit de publication ne peuvent être rapportées non plus.

Les comparutions précédentes de Richard Bain ont toutes été marquées par ses interventions constantes et de longues diatribes sur ses opinions politiques.

Un avocat représentant plusieurs médias n'a pas écarté la possibilité d'interjeter appel de ces décisions devant la Cour supérieure.

La demande initiale d'interdit de publication — qui ne couvrait que la preuve — avait été contestée dès le départ par les médias et par Richard Bain, qui se défend lui-même.

Un interdit de publication est habituellement réclamé par la défense et, à l'étape de l'enquête préliminaire, est automatiquement accordé. Toutefois, lorsque la demande provient de la Couronne, la décision appartient au juge.

L'enquête préliminaire doit se poursuivre le 21 mai.