NOUVELLES
10/05/2013 11:26 EDT | Actualisé 10/07/2013 05:12 EDT

Les enfants d'Ariel Castro accablés

Les enfants d'Ariel Castro, inculpé pour la séquestration et le viol de trois jeunes femmes pendant dix ans à Cleveland, sont toujours dans l'incompréhension.

Alors que les détails sordides de l'affaire commencent à être divulgués, trois des quatre enfants du présumé coupable, Angie, Arlene et Anthony, se déclarent tous choqués par des événements dont ils ignoraient tout.

Dans une entrevue avec CNN jeudi, l'une d'eux, Angie Gregg, déclare que pour elle son père est « mort » et le qualifie de « criminel vil et démoniaque ».

Incrédule et sous le choc, la fille d'Ariel Castro, qui a connu à l'école deux des victimes, Georgina DeJesus et Amanda Berry, affirme ne plus vouloir revoir son père.

Après la séparation de ses parents, Angie Gregg, contrairement à son frère et à ses sœurs, est restée avec son père, même si ce dernier battait sa femme Grimilda Figueroa. Mme Gregg conserve néanmoins de bons souvenirs de son enfance avec son père, qui n'a jamais abusé d'elle ni de ses sœurs, ajoute-t-elle.

Aujourd'hui « horrifiée », elle peine toujours à comprendre comment ces événements ont pu se dérouler « sous son nez ». Elle comprend maintenant certaines bizarreries de son père : il prenait toujours beaucoup de temps à répondre à la porte, il ne voulait jamais quitter sa maison plus d'un jour, et le sous-sol était toujours verrouillé.

Il y a deux mois environ, son père lui a même montré une photo sur son portable, la fille de sa petite amie d'un autre père, lui avait-il dit.

« Déçue, honteuse, surtout accablée »

Son autre fille, Arlene Castro, autrefois une très bonne amie de Georgina DeJesus, affirme pour sa part avoir parlé à son père pour la dernière fois le mois dernier. Les deux n'ont jamais été proches, ajoute-t-elle, mais elle n'avait « aucune idée » de ce qui se passait.

« Je suis vraiment déçue, honteuse, surtout accablée », a déclaré Arlene Castro sur la chaîne américaine ABC, ajoutant être « tellement, tellement désolée ».

Le fils d'Ariel Castro, Anthony, a affirmé pour sa part avoir « honte pour sa famille ». « Il y avait des endroits où nous n'aurions jamais pu aller. Le sous-sol était verrouillé, comme le grenier et le garage », a-t-il déclaré au Daily Mail.

Emily, la troisième fille d'Ariel, purge quant à elle une peine de 25 ans dans une prison de l'Indiana pour avoir essayé d'égorger son bébé de 11 mois. Elle souffrirait de déficience mentale selon ses avocats. Une cousine d'Ariel Castro a demandé de ne pas « juger » le reste de la famille : « Ses actes ne sont pas ceux de cette famille. »

Un monstre

Des proches de Mme Figueroa, la mère des enfants d'Ariel Castro décédée il y a quelques années d'un cancer, ont également des mots durs à l'égard de son ex-mari. Ce dernier - « un monstre » - la « terrorisait », l'enfermant dans sa maison et la battant sauvagement.

Ariel Castro est allé jusqu'à pousser son ex-femme dans les escaliers, cassant son nez et disloquant son épaule, poursuivent ses proches dans un entretien avec Associated Press.

Il jouait également à des jeux sadiques et gardait un mannequin avec une perruque noire pour effrayer sa femme.