NOUVELLES
10/05/2013 03:01 EDT | Actualisé 10/07/2013 05:12 EDT

Frais indirects de recherche: Duchesne exige une rencontre avec Goodyear

MONTRÉAL - Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Pierre Duchesne, accuse Ottawa de «déstructurer» ses efforts en matière de soutien à la recherche et demande à rencontrer son homologue Gary Goodyear à ce sujet.

De passage devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, vendredi, le ministre Duchesne a exprimé son «profond agacement» devant l'attitude fédérale en matière d'aide à la recherche.

Interrogé après son allocution, il a expliqué qu'il en avait assez de voir le gouvernement fédéral financer de nouvelles infrastructures de recherche sans accorder le budget de fonctionnement en conséquence.

«Moi, je suis à concevoir une politique nationale de recherche et d'innovation. Le gouvernement fédéral va financer, a financé, le fera sans nous avertir de nouvelles installations, de nouvelles infrastructures de recherche, grassement, avec de gros budgets. Mais les budgets de fonctionnement ne suivent pas, après quelques années», a déploré le ministre québécois.

«Alors qu'est-ce qui se passe? On se retrouve avec des beaux laboratoires, mais sans argent pour les chauffer et les éclairer. J'exagère un peu, bien sûr, mais on met en péril quand même aussi une équipe entière de recherche. On offre une belle Cadillac à une équipe de recherche, mais le réservoir est rempli à un quart», a-t-il illustré.

Et parce que le gouvernement fédéral ne finance pas suffisamment les frais indirects de recherche, c'est le Québec qui doit éventuellement venir en aide aux équipes de chercheurs par la suite, a-t-il déploré.

«Il faut que ça cesse. Il faut que le Québec puisse définir sa propre vision. Et nous, on est favorable à discuter avec Ottawa et tout, mais on ne peut pas constamment se définir des plans, avec le milieu industriel et universitaire, et qu'Ottawa arrive et déstructure tout ça. Il faut que ça arrête», a-t-il lancé.

Le ministre Duchesne a donc exprimé sa volonté de régler ce vieux litige avec le ministre fédéral des Sciences et Technologies, Gary Goodyear.

Québec estime les frais indirects de recherche impayés à 100 millions $ par année ou 1 milliard $ au cours des dix dernières années.

Le ministre Duchesne a l'intention de déposer prochainement sa propre politique de recherche et d'innovation, sans attendre le règlement du litige fédéral-provincial en matière de financement de la recherche.

Cours d'histoire

Par ailleurs, le ministre de l'Enseignement supérieur a réitéré sa volonté d'instaurer un cours d'histoire contemporaine obligatoire au cégep pour tous les étudiants.

Il a bien précisé qu'il n'a pas l'intention d'amputer, pour ce faire, les cours obligatoires de philosophie ou de français, qui font aussi partie de la formation générale.

Il souhaite également que ce cours d'histoire soit élaboré en continuité avec les cours actuels au secondaire et à l'université.

Le cours devra d'abord être conçu par une équipe spécialisée en histoire et en éducation, ce qui peut prendre un certain temps. «C'est une démarche rigoureuse, complexe. Mais je ne veux pas que ce soit deux ou trois ans; on va s'arranger pour que ce soit plus vite», a conclu le ministre Duchesne.