NOUVELLES
10/05/2013 04:26 EDT | Actualisé 10/07/2013 05:12 EDT

Financement de la culture: Le Québec veut être "maître chez lui"

Le Québec souhaite être "maître chez lui" en matière de culture et compte ouvrir bientôt des pourparlers avec le gouvernement canadien pour en contrôler entièrement le financement, a indiqué vendredi à Montréal son ministre indépendantiste de la Culture, Maka Kotto.

Intervenant devant le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM), un organisme à but non lucratif, M. Kotto, ancien acteur de cinéma et de télévision né au Cameroun et passé à la politique il y a une dizaine d'années, a exposé ses objectifs qui s'inscrivent dans l'aspiration à l'indépendance du gouvernement de Pauline Marois.

Il a cité le mandat que lui avait donné la chef du Parti québécois: "Faites en sorte que nous devenions maîtres chez nous en matière de culture".

"Notre peuple a appris à exprimer son identité, notamment, par la prise en charge de son expression culturelle", a-t-il dit.

Mais "en raison de notre précarité linguistique et des limites de notre marché domestique, il est impératif de donner un solide appui à nos créateurs", a-t-il poursuivi, y compris pour qu'ils puissent présenter leurs oeuvres "sur toutes les scènes du monde", sans oublier pour autant les villes des régions du Québec.

"J'ai déjà échangé avec mon vis-à-vis à Ottawa, le ministre James Moore, et je suis confiant que nous entamerons bientôt de véritables pourparlers pour rapatrier les ressources dont nous avons besoin pour assurer pleinement et selon nos propres priorités le développement et le rayonnement de la culture québécoise, chez nous comme à l'étranger", a dit M. Kotto .

Le gouvernement québécois voudrait disposer ainsi de quelque 300 millions de dollars gérés par Ottawa et destinés à la culture de la province francophone,

Cette somme représente environ la moitié du budget provincial de la culture qui s'élève, lui, à environ 630 millions, a précisé le ministre en marge d'une conférence.

via/sab/jca