POLITIQUE
10/05/2013 06:53 EDT | Actualisé 10/07/2013 05:12 EDT

Entente avec les municipalités : Québec souhaite une signature avant l'été

Radio-Canada.ca

Le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, a déposé une offre d'entente entre Québec et les municipalités. Il souhaite que les discussions aboutissent à une signature avant l'été, a-t-il annoncé vendredi à l'occasion des Assises annuelles de l'Union des municipalités du Québec (UMQ).

M. Gaudreault a réitéré son « ouverture pour donner accès aux municipalités à de nouvelles sources de revenus », mais a rappelé l'importance de ne pas « alourdir démesurément le fardeau fiscal des contribuables qui, au final, sont toujours les mêmes ».

Le ministre souhaite d'ailleurs que l'entente « dépasse le stade du simple pacte fiscal » et soit « un véritable partenariat marqué du sceau de l'ouverture et de la modernité ».

De leur côté, les municipalités revendiquent davantage de décentralisation, ainsi que de nouveaux revenus, notamment le plein remboursement de la taxe de vente du Québec (TVQ) en 2014. Elles estiment trop dépendre de l'impôt foncier.

Éric Forest, président de l'UMQ et maire de Rimouski, a d'ailleurs salué la volonté du ministre de conclure une entente Québec-municipalités ambitieuse et qui tient compte des préoccupations du monde municipal.

En outre, M. Gaudreault a annoncé son intention de déposer cet automne un projet de loi sur la décentralisation et sur l'aménagement et l'urbanisme ainsi que d'organiser une large consultation sur la politique de mobilité durable.

Lendemain de rafle à Laval

Alors que le monde de la politique municipale se trouve ébranlé par l'arrestation de l'ex-maire de Laval par l'Unité permanente anticorruption (UPAC), le ministre Gaudreault croit qu'il est urgent de rétablir la confiance des citoyens.

« Chaque jour, dans mes fonctions, je rencontre des élus et des fonctionnaires municipaux qui font un travail remarquable avec rigueur et dévouement », a-t-il souligné.

M. Gaudreault a de plus tenu à rappeler les mesures prises par son gouvernement pour lutter contre la corruption, telles que la loi 10, qui permet de suspendre un élu municipal faisant face à des accusations criminelles dans le cadre de ses fonctions, ainsi que les nouvelles normes en matière de financement des partis politiques comme le rabaissement du plafond des dons.

Il a toutefois insisté sur le rôle qu'auront à jouer les citoyens aux élections municipales qui se tiendront l'automne prochain. « Ne pas aller voter, ça veut dire abdiquer et laisser le pouvoir à ceux qui veulent en profiter à leurs fins propres », a-t-il affirmé.