NOUVELLES
10/05/2013 04:43 EDT | Actualisé 10/07/2013 05:12 EDT

Empoignade au Parlement néo-écossais: un comité interne enquête

HALIFAX - Un député libéral de l'Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse qui affirme avoir été rudoyé par un collègue néo-démocrate a dit ignorer ce qui avait bien pu provoquer cette escarmouche.

Les députés néo-écossais ont mandaté vendredi un comité des affaires internes pour se pencher sur la conduite de Percy Paris, qui est sous le coup d'accusations d'agression et de menaces.

Le libéral Keith Colwell a demandé aux parlementaires de confier l'étude de cette affaire au comité et a soutenu, à l'extérieur du Parlement, qu'il ignorait ce qui avait bien pu provoquer l'empoignade.

En Chambre, il a souligné qu'il s'était senti intimidé et a affirmé devant ses collègues que les gestes de Percy Paris avaient clairement pour objectif de l'empêcher de faire son travail «de législateur, de représentant élu par (ses) commettants et de membre de cette assemblée».

Les policiers ont déposé des accusations contre le député néo-démocrate jeudi soir, après être intervenus en après-midi à l'Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse.

L'homme de 65 ans a été libéré en attendant que le tribunal provincial de Halifax ne se saisisse de son dossier, ce qui devrait avoir lieu le 18 juin.

Percy Paris a annoncé jeudi soir qu'il quittait son poste de ministre du Développement économique et rural. Il a affirmé qu'il avait perdu ses moyens lors d'un incident s'étant déroulé dans la salle de bains.

Une porte-parole du caucus néo-démocrate a indiqué vendredi que M. Paris ne commenterait pas le dossier, comme ses avocats le lui ont conseillé.