NOUVELLES
10/05/2013 08:27 EDT | Actualisé 10/07/2013 05:12 EDT

Défenses à l'honneur

Les buts pourraient constituer une denrée rare samedi après-midi sur la pelouse du Stade Saputo. Non, Craig Anderson ne sera pas devant le filet du Real Salt Lake. Mais c'est tout comme.

Un texte d'Antoine Deshaies

Mené par le gardien Nick Rimando, la formation de l'Utah n'a accordé que 10 buts en 11 matchs cette saison. C'est un but de plus que l'Impact qui a disputé un match de moins.

Rimando est premier dans la Ligue pour un pourcentage d'arrêts de 81 %. Il est particulièrement intimidant sur les tirs de pénalité. Mercredi en Nouvelle-Angleterre, il a bloqué le 19e tir de pénalité de sa carrière dans les arrêts de jeu.

L'arrêt a permis au Real de l'emporter 2-1 contre le Revolution.

Le spécialiste des tirs de pénalité de l'Impact, Patrice Bernier, ne perd pas le sommeil à l'idée de l'affronter.

« Quand je me présente au point de penalty, je ne me pose pas de questions, explique le milieu de terrain. Il n'est pas très grand et a de bons réflexes, mais ce n'est pas comme si j'étais le Canadien de Montréal et que j'affrontais Craig Anderson! »

Nick Rimando excelle bien au-delà des tirs de réparation.

« Il est presque un hybride entre un gardien et un libéro, ajoute Bernier. Il lit bien le jeu et dirige très bien sa défense. »

Le gardien titulaire de l'Impact, Troy Perkins, ne devrait pas être trop complexé à l'autre extrémité du terrain. L'Américain montre un pourcentage d'arrêts de 78 %, le troisième de la MLS.

Contrer Kyle Beckerman

Le joueur à surveiller est dur à manquer. Avec sa tignasse en dreadlocks, le milieu Kyle Beckerman ne passe pas inaperçu. L'attraction dépasse largement le spectre de sa chevelure.

L'international américain est le moteur de l'équipe du Midwest, même s'il n'a pas encore marqué cette année.

« Tout passe par lui, affirme Patrice Bernier. Il a une bonne vision de jeu et c'est vraiment le joueur qu'il faut neutraliser pour avoir du succès. »

Beckerman n'est pas seul. Le Real compte sur plusieurs bons joueurs latins qui aiment le jeu court et les combinaisons au détriment des centres plus longs. À l'image de l'Impact, Salt Lake City aime avoir la possession.

De quoi augmenter la distance parcourue par les Montréalais qui sont au cœur d'une série de 6 matchs en 18 jours.

« C'est une situation délicate, on doit serrer les dents, affirme l'entraîneur Marco Schällibaum. Mais physiquement les joueurs vont bien. Le moral va bien aussi et ça aide toujours. »

Pas de Nesta mercredi

Schällibaum avait laissé entendre qu'on pourrait revoir Alessandro Nesta mercredi lors du premier match de la finale du Championnat canadien. Il faudra patienter.

« On préfère lui donner un peu plus de temps, a dit le Suisse. Après ce match, nous aurons une pause de dix jours. Ça ne vaut pas la peine de forcer le jeu. »

Nesta soigne une blessure aux adducteurs.

Le capitaine Davy Arnaud, qui devait effectuer un retour samedi, voit son absence être prolongée. Arnaud n'est toujours pas complètement remis de la commotion cérébrale qu'il a subie contre Toronto en Championnat canadien.

Sa présence n'est toutefois pas exclue pour le match de mercredi contre les Whitecaps de Vancouver.